mercredi 28 septembre 2016

On Partira Quand Tu Voudras - Shake (1977)



Dans les années 1970 en France, on note un certain engouement pour les chanteurs venus d'ailleurs, à l'image de Mike Brant. Le chanteur Shake, lui, arrive de Malaisie et est repéré par Orlando, le frère de la diva Dalida. Il sort ses premiers singles en 1976. L'année suivante, il grave son premier album, intitulé simplement "Shake". Le titre phare de cet opus est le disco "I'm Singing This Song For You" arrangé par Mat Camison, qui est diffusé en single, tout comme deux autres morceaux de l'album : "Quand On Ne Peut Pas Avoir La Fille Qu'on Aime" et "Io T'Amero". Il est intéressant de noter que Dalida reprendra en 1979 "Io T'Amero" en arabe, ce qui donnera "Helwa Ya Baladi".
"Quand On Ne Peut Pas Avoir La Fille Qu'on Aime" est une très belle ballade écrite par Baciotti et J. Plante. En face B du 45T se trouve ce bon disco "On Partira Quand Tu Voudras", extrait lui aussi du lp. 
"On Partira Quand Tu Voudras" est signé par C. Carmone/P. Sevran/Pallavicini/Cutugno, et les arrangements sont de Mat Camison.
Toujours en 1977, Shake enregistrera le single "Rien N'est Plus Beau Que L'amour", qui sera musicalement inspiré par "La Vie En Rose" de Grace Jones...


C. L'Amérique - C. Jérôme (1979)



Dans le sillage de Claude François, qui est le chanteur populaire par excellence de la France des 70's, il y a C. Jérôme, qui rencontre un grand succès en 1972 grâce à sa chanson "Kiss Me". En 1973, avec son titre "La Petite Fille 73", il est le clone parfait de Claude François. L'année 1974 lui apporte de nouveaux succès : "C'est Moi", "Baby Boy" et "Bay, Bay 26/38". 
Durant la seconde moitié des 70's, C. Jérôme sortira encore de nombreux 45T, mais il sera sur le déclin.
En 1977, en face B de son single "Rétro C'est Trop", il enregistre le titre funky "J'suis Dans Le Coup", dans lequel il décrit son époque. On peut l'entendre chanter "je n'écoute plus que du disco, et je me cultive de porno... Y'a 4 ou 5 filles dans ma vie, du nudisme en catimini"...
C. Jérôme nous offre en 1979 le single disco "C. L'Amérique", dans lequel on peut entendre quelques gémissements féminins. Pour interpréter ce titre, il prend une voix aiguë : cherche-t-il à surfer sur le hit "I Love America" de Patrick Juvet ?
"C. L'Amérique" est écrit par J. Albertini/D. Barbelivien/C. Jérôme. Il sort en 45T et même en maxi 45T, mais quel que soit le support, la durée du titre ne dépasse pas 3'30"...


Le Pont De Courthezon - Michèle Torr (1980)



Disco, Michèle Torr ne l'est pas pour un sou. En 1966, elle représente le Luxembourg au concours Eurovision de la chanson avec son titre "Ce Soir Je T'Attendais", qui ne se classe qu'à la 10e place.
Dans les années 1970, Michèle est une artiste populaire en France. Elle chante l'amour romantique.
Elle retourne à l'Eurovision en 1977 : elle représente cette fois-ci Monaco avec la chanson "Une Petite Française", qui se classe 4eme.
En 1978 sort son single "Emmène-Moi Danser Ce Soir", qui rencontre un grand succès. Il se vend à plus de 600 000 exemplaires en France ! L'année suivante paraît, entre autres, son nouveau titre "Discomotion", qui toutefois n'a rien de disco... Enfin, pour 1980, Michèle nous propose en face B de son single "Pendant L'Eté" le morceau "Le Pont De Courthezon", écrit par J. Albertini/D. Barbelivien, et arrangé par G. Matteoni. On pourrait s'attendre à une chanson 'vieille France', et pourtant...c'est du disco !
Ci-dessous, vidéo de la magnifique chanson "La Couleur Des Larmes" que Michèle enregistrera en 1984 :


Ciné... Cinéma - Christian Delagrange (1978)



Chanteur de charme, Christian Delagrange connaît ses heures de gloire durant la première moitié des 70's. Il enregistre plusieurs ballades romantiques, comme "Sans Toi Je Suis Seul", "Ne T'en Va Pas, Ne T'en Va Pas", "Reviens Mon Amour Reviens"... La plupart de ses chansons sont écrites ou co-écrites par Patricia Carli.
Au milieu des années 1970, Christian change de maison de disques et passe chez 'Carrère'. Le trio L. et P. Sebastian/Michaële lui écrit le single "Joanna" en 1975. L'année suivante, ce sont M. Mallory et J. Renard qui lui écrivent le titre "L'Italie". 
En 1978, la mode n'est plus vraiment la même : le disco est partout. Christian tente de s'y mettre avec son single "Ciné... Cinéma", sans trop s'éloigner de son image de chanteur romantique. "Ciné... Cinéma" est la reprise du titre "Marleen" de Marianne Rosenberg, adapté en français par J. Renard. Christian a une nouvelle fois changé de maison de disques : il est passé chez 'RCA'. Il interprète "Ciné... Cinéma" à la TV, en portant un t-shirt à l'effigie de...Mickey !


Tico-Tico - Black Bass Band (1975)



L'introduction de ce titre est assez érotique, mais c'est sans doute pour capter l'écoute dès les premières secondes, car ensuite, plus rien... Quant au nom du groupe, 'Black Bass Band', il fait inévitablement penser à quelque chose de plus sexuel : 'Black Ass Band'...
"Tico-Tico" est à l'origine un titre écrit en 1917 par le musicien brésilien Zequinha de Abreu. Ici, la version afro-disco n'a plus grand chose en commun avec la version originale. Les arrangements sont de Mike Wickfields. On découvrira plus tard qu'il s'agit du pseudonyme de Mat Camison, puisque sur les disques de 'Sheila B. Devotion', Camison signera tout ce qu'il fait en utilisant ce pseudonyme.
La production est de Gilbert Chemouny. Le 45T est diffusé en France, mais aussi au Canada ou encore en Allemagne. Sur le disque destiné au marché belge, il est indiqué que la production date de 1975, alors que sur les autres pressages, il est mentionné 1976...

Better Now - B. Devotion (1980)



1980, c'est l'année de la fin du groupe 'Sheila B. Devotion'. Sheila quitte ses trois danseurs noirs après le single "King Of The World" écrit et produit par Nile Rodgers et Bernard Edwards, les leaders du groupe 'Chic'. "King Of The World", hybride disco-pop-rock, ne rencontre pas un très grand succès. Les temps changent. Sheila va se remettre à chanter en français. De leur côté, les 'B. Devotion' tentent quelque chose et publient le single "Better Now" qui est co-écrit et co-arrangé par Farlane, l'un des des trois membres du groupe. "Better Now" est au croisement de tous les genres du moment : disco, rock, ska, new wave... Après ce titre, l'entité 'B. Devotion' disparaîtra définitivement, s'effaçant avec la musique disco qui l'avait vu naître... 

Do The Rock - Trinita (1979)



En 1977, la chanteuse française Sheila s'entoure de trois danseurs noirs. Avec eux, elle forme le groupe 'Sheila B. Devotion' et enregistre son premier album disco tout en anglais. Ils se produisent sur de nombreux plateaux TV français et européens pour interpréter et danser leurs titres "Love Me Baby" et "Singin' In The Rain", qui deviennent de grands succès. En 1978, ils font de nouvelles apparitions à la TV, pour les chansons "I Don't Need A Doctor", "Hôtel De La Plage" et "You Light My Fire". Mais à la fin de l'année 1978, Sheila revient en solo et en français avec le morceau disco-pop "Kennedy Airport". Puis, au printemps 1979, elle réapparaît sous l'entité 'Sheila B. Devotion' pour son nouveau single "Seven Lonely Days". Toutefois, lorsqu'elle se produit sur les plateaux TV, les 'B. Devotion' ont disparu et laissent la place à trois choristes noires. En fait, courant 1979, les trois 'B. Devotion' se renomment 'Trinita' et sortent le single "High Feeling" qui rencontre un certain succès en France. Ils l'interprètent même à la TV. "High Feeling" est écrit par M. Farlane et P. Racer. Farlane est l'un des trois 'B. Devotion'. Quant à Racer, c'est le pseudonyme du producteur Claude Carrère, qui est bien entendu aussi le producteur de Sheila.
Durant l'été 1979, 'Sheila B. Devotion' publie le single "No No No No", qui ne bénéficie d'aucun passage TV. En fait, Sheila laisse tout tomber, car elle va partir aux USA pour se faire produire par les leaders du groupe 'Chic', Nile Rodgers et Bernard Edwards. Dans un premier temps, ils lui écrivent le titre "Spacer", qui, dès sa sortie, rencontre un grand succès. Sur la pochette du single ne figure que Sheila, mais le nom d'artiste demeure 'Sheila B. Devotion'. La chanteuse renoue enfin avec ses 'B. Devotion' sur les plateaux TV, puisque c'est avec eux qu'elle exécute la chorégraphie de "Spacer". 
A la même époque, Farlane et Stracham, deux des 'B. Devotion', reviennent sous l'entité 'Trinita' avec le single "Do The Rock", qui ne rencontre pas vraiment de succès. Du coup, 'Trinita' se dissout. Le troisième 'B. Devotion', Wilkins, est absent pour "Do The Rock" car il tourne dans le film "Le Mouton Noir".
Ci-dessous, les 'Trinita' interprètent "High Feeling" :


Please Love Me Again (12") - V.I.P. Connection (1975)



Ce magnifique morceau, très disco pour 1975, sonne comme s'il s'agissait d'un titre américain. Il aurait très bien pu être joué par l'orchestre 'MFSB' par exemple... Et pourtant, il s'agit d'une production française de Roger Tokarz ! On retrouve à la composition Mat Camison et Pierre-Alain Dahan. Parmi les musiciens, hormis Camison et Dahan, il y a Slim Pezin ou encore Marc Chantereau, qui feront un peu plus tard partie du groupe 'Voyage'. 
"Please Love Me Again" sort en Europe mais aussi aux USA. Pour le marché des Etat-Unis, le morceau a droit à une version longue diffusée en maxi 45T. En face B du disque est gravé le funky et légèrement ennuyant "West Coast Drive".


vendredi 9 septembre 2016

Mister Right - Coïncidence (1979)



"Mister Right" est un single de l'ombre, sorti en France en 1979. La mélodie est accrocheuse, les arrangements sont réussis et les voix sont belles. Que demander de plus ? La face B, "Just A Tease", est moins accrocheuse mais reste agréable à écouter.

I Feel So Nice - Lara Saint Paul (1979)



Née en Érythrée, Silvana Savorelli grandit en Italie. Elle étudie le chant et publie son premier album en 1967 sous le nom de Lara Saint Paul. Durant les 70's, elle continue à enregistrer plusieurs albums.
En 1979, elle ne publie que ce single "I Feel So Nice", qui est un bon disco.

Cosmic Dancer (12") - Toni Van Duyne (1978)



Après son single "Empty Sky Security" en 1977, Toni Van Duyne publie en 1978 le lp "Cosmic Dancer" aux accents synthétiques. Cet album mêle disco et ballades et rappelle ainsi les albums du groupe 'Space'.
Philippe Renaux écrit la majorité des morceaux et co-produit le lp avec Georges Blumenfeld. 
Le titre "Cosmic Dancer" est diffusé en single dans quelques pays. Certes, il n'égale pas l'emblématique "I Feel Love" de Donna Summer, mais il est quand même plutôt réussi.

Station 713 (12") - Frédéric Mercier (1978)



Avec sa coupe à la Mireille Mathieu et Chantal Goya, Frédéric Mercier écrit et arrange en 1978 le lp "Pacific" aux sonorités électroniques et synthétiques. Cet album est diffusé par le label Carrère en France. Pour ne pas rebuter les potentiels acheteurs, Frédéric ne se dévoile pas sur la pochette côté recto. En revanche, au dos, on a quand même droit à sa photo.

I'm The Viper - Lucrethia Lips (1977)



Peu d'infos sur ce single italien, si ce n'est qu'en face B du disque se trouve une seconde version de "I'm The Viper" créditée sous le nom de Nik Albert. 
Les auteurs du morceau sont Alberto Nicorelli/Albula, et les arrangements sont de Nik Albert. Selon certaines sources, Alberto Nicorelli et Nik Albert seraient le même homme...ce qui est fort probable.
Pour terminer, est-ce que 'Lucrethia Lips' a un lien avec le projet disco italien 'Lucrethia and The Azoto 14,008' de 1978 ? Bonne question... Ce qui est troublant, c'est que sur un pressage pour juke-box, "I'm The Viper" se trouve en face B du "Pasta & Fagioli" de Celso Valli. Et l'on sait que Valli a travaillé sur le lp du projet 'Lucrethia and The Azoto 14,008'... 

Squeeze Me - Roy Henry And Rena (1977)



Si vous avez déjà écouté le lp "Magic Love" de la chanteuse Michele, vous connaissez déjà sans doute le titre "Hold Me, Squeeze Me" écrit par Dan Japlin et J.M. Willa-Roza.
Ce "Squeeze Me" interprété par Roy Henry et Rena n'est autre que le "Hold Me, Squeeze Me" de Michele, revisité dans une version disco-soul qui nous ramène vers les sonorités de 1975. 
Le single est diffusé dans plusieurs pays. Sur le pressage français, Rena se nomme Reïna...

Sing To Me Mama - Mario Cavallero et son Orchestre (1978)



Dans les 70's, Mario Cavallero, son orchestre et ses chanteurs reprennent tout ce qui a du succès. Les albums sortent à la pelle. La réalisation est souvent médiocre. Les chanteurs tentent de grimer les interprètes originaux sur des mélodies basiques. Toutefois, parfois, les reprises sont acceptables et même écoutables. C'est par exemple le cas pour cette version de "Sing To Me Mama", qui se rapproche assez de l'originale interprétée par Karen Cheryl en 1978 pour son premier album disco. 
Les instruments de la version originale étant des instruments d'orchestre, ils sont effectivement plus faciles à reprendre que des instruments synthétiques.



mercredi 31 août 2016

Oh My Munich - The Disco Baby Band (1977)



A partir de l'été 1977, le groupe 'Sheila B. Devotion' rencontre un grand succès en Europe avec le festif et estival disco "Love Me Baby". Ils enchaînent avec un lp composé uniquement de titres disco.
Selon certaines rumeurs, un morceau baptisé "Oh My Munich" aurait été composé pour figurer sur l'album, mais il aurait été finalement écarté. Ce titre reste aujourd'hui introuvable. Toutefois, le projet italien 'The Disco Baby Band' reprend en 1977 "Love Me Baby" dans une version sans intérêt. En face B du single, ils gravent "Oh My Munich", qui ressemble fortement aux titres enregistrés par 'Sheila B. Devotion' en 1977, que ce soit au niveau de la mélodie ou des arrangements. La rumeur est donc peut-être exacte... Mais qui sont Lablion et Alistar, qui sont crédités à l'écriture du titre ? Parce que l'on sait que les morceaux enregistrés par 'Sheila B. Devotion' pour leur opus de 1977 ont été écrits par Wickfield/Racer/Forest/Copperman... Selon les sources, Lablion et Alistar sont les pseudonymes de deux musiciens italiens. Se seraient-ils appropriés les droits pour "Oh My Munich", ou bien sont-ils vraiment les compositeurs du morceau ? Ce dernier cas paraît assez improbable si on le relie à Sheila, car en 1977 Sheila et ses 'B. Devotion' ne sont entourés que de Wickfield/Racer/Forest/Copperman... A moins que Lablion et Alistar aient eu l'opportunité de proposer leur titre au groupe pour l'élaboration de l'album, je ne vois pas d'autre hypothèse, hormis celle du plagiat... Ou alors, la rumeur est fausse, "Oh My Munich" n'a jamais été envisagé pour l'album de 1977 de 'Sheila B. Devotion', et c'est simplement une composition de Lablion et Alistar pour remplir la face B de la reprise de "Love Me Baby"... Ils se sont inspirés de la mélodie et des arrangements de "Love Me Baby" pour faire "Oh My Munich", point. 
Dernière hypothèse : "Oh My Munich" est effectivement un titre signé Lablion/Alistar, gravé pour la première fois en face B du single qui reprend "Love Me Baby". "Oh My Munich" parvient aux oreilles de Sheila ou de son producteur Carrère, et c'est ainsi qu'on envisage une reprise par 'Sheila B. Devotion', pour le prochain album ou single. Chose qui évidemment ne se fera pas.
Enfin, tout ceci n'est pas clair, et il serait intéressant que Sheila nous fournisse des explications à ce propos.


I'm Your Baby Doll (12") - Sheila & B. Devotion (1977)



A partir de mai 1977, on peut entendre le titre "Love Me Baby" de l'énigmatique groupe 'S.B. Devotion'. Les français s'interrogent : ils semblent reconnaître la voix de la chanteuse populaire Sheila... Finalement, peu de temps après, le groupe est dévoilé : il s'agit bien de Sheila, accompagnée de trois garçons qui sont des danseurs professionnels. "Love Me Baby" devient vite un succès et s'exporte dans toute l'Europe. Sheila et ses 'B. Devotion' l'interprètent sur plusieurs plateaux TV, en France mais aussi à l'étranger. L'équipe composée de M. Wickfield (Mat Camison), Copperman (Gilbert Chemouny), P. Racer (Claude Carrère) et P. Forest se met alors au travail et conçoit pour le groupe un album entièrement disco. La reprise du standard "Singin' In The Rain" va être un nouveau grand succès pour 'Sheila B. Devotion'. Le morceau "I Don't Need A Doctor" connaîtra lui aussi un certain succès.
Bien des années plus tard, en 2006, Sheila publie un coffret qui contient l'intégralité de ses enregistrements. Il se nomme "Juste Comme Ça". On y découvre le titre disco inédit "I'm Your Baby Doll", enregistré en 1977 pour figurer sur l'album avec les 'B. Devotion', mais finalement laissé de côté. "I'm Your Baby Doll" a été écrit par M. Wickfield et P. Forest, et il contient des passages du classique "Be Bop A Lula" de Gene Vincent. Selon certaines sources, "I'm Your Baby Doll" aurait été évincé au profit de la reprise de "Singin' In The Rain" : un choix qui a payé !


I Don't Need A Doctor - International Disco Band And Singers (1978)



Comme son nom l'indique, 'International Disco Band And Singers' est une formation qui reprend les succès disco du moment, en moins bien. Pourquoi cela, alors que l'on peut largement se contenter des versions originales que rien ne peut égaler ? Pour l'argent, sûrement... C'est vrai, réaliser une version différente de l'originale, d'accord, tant qu'elle apporte quelque chose de créatif et de nouveau. Mais qu'apporte 'International Disco Band', si ce n'est de copier tout ce qui se fait à l'époque, sans grand talent qui plus est ?
Ils reprennent la bande originale du film "Saturday Night Fever" puis celle de "Grease". Mais pas que. Ils gravent aussi un grand nombre d'albums avec des reprises de titres disco du moment. Rien de plus facile : on réorchestre les morceaux à la va-vite, on paye (ou pas) des choristes de l'ombre pour poser leur voix, et hop, on produit le disque. Le lp qui est ainsi diffusé est sûrement bon marché, permettant de toucher un public au moyens modestes qui hésiterait à acheter les versions originales, sûrement plus chères.
Le lp présenté ici, à la vue des titres qui le composent, est de toute évidence sorti en 1978. Peu de temps auparavant, en 1977, le groupe 'Sheila B. Devotion' a enregistré sur son premier album l'excellent titre disco "I Don't Need A Doctor". Ce morceau a même eu droit à une sortie single en 45T et Maxi 45T. Evidemment, la reprise par 'International Disco Band And Singers' n'arrive pas aux chevilles de la version originale...


Singin' In The Rain - John First (1977)



Dans le disco, il y a eu de tout et n'importe quoi : des reprises en disco d'anciens titres à succès, qui pour beaucoup étaient réussies, mais aussi des reprises au sein même du disco. En gros, le disco reprenait ses propres succès, en versions mollassonnes sans originalité ni créativité, chantées par des choristes anonymes, ou bien en versions instrumentales, avec tous les instruments possibles et imaginables en remplacement des voix : albums avec saxophone, albums au piano, et même orgue... Oui, orgue : en 1979, un certain Eddy Driver reprend les succès disco du moment sur un album baptisé "Orgue Hammond Disco". Je vous laisse deviner le résultat : une catastrophe.
Eddy Driver serait en fait Daniel Janin, qui aurait également pris le pseudonyme de John First.
Ce John First publie l'album "Special Disco Vol. 1", vraisemblablement en 1977, sur lequel il fait pousser la chansonnette à quelques choristes de l'ombre, sur des réorchestrations disco moyennement convaincantes. Et cet album "Special Disco Vol. 1" n'est même pas entièrement disco, puisqu'y sont repris des titres comme le "I Want To Know" d'Adriano Celentano... En revanche Sheila et ses 'B. Devotion' sont mis à l'honneur avec les reprises de "Love Me Baby" et "Singin' In The Rain". Si "Love Me Baby" est catastrophique, "Singin' In The Rain" est mieux réussi. Par la suite d'autres albums à tendance disco seront enregistrés par John First, son orchestre et ses chanteurs... 

Hate You Baby - Novelty Disco Band (1977)



Ce titre est-il une ode au sadomasochisme ? C'est en tout cas un morceau à tendance érotique, mais sans gémissements. Il occupe la face B du single "I Love Your Big Bassoon", unique disque enregistré par le projet 'Novelty Disco Band'. 
"Big Bassoon" est bien évidemment une image qui renvoie directement au sexe masculin. Un gros spécimen, noir peut-être...
Les deux morceaux ont été écrits par D. Chase/J.P. Sabard. Le disque a été diffusé dans quelques pays.

That's The Night - Night Creatures (1976)



Ce single est un sympathique disco-funk. Jean-Pierre Sabar a participé à sa création. Rappelons que Sabar a notamment travaillé pour Serge Gainsbourg : il a par exemple arrangé la bande originale du film "Madame Claude", en 1977. 

jeudi 25 août 2016

Silver Planet - Chantereau, Dahan and Pezin (1979)



Marc Chantereau, Pierre-Alain Dahan et Slim Pezin sont tous les trois des musiciens français. En 1977, ils font partie de 'Voyage', un groupe disco qui connaît son premier succès avec le titre "From East To West".
Pour 1979, 'Voyage' ne publie aucun album. Mais les membres du groupe ne restent pas inactifs : ainsi, Chantereau, Dahan et Pezin travaillent sur l'album de Sylvia Mason, qui a chanté précédemment pour 'Voyage'... Les trois compères publient également trois albums baptisés "Disco And Co", sur lesquels ils signent toutes les musiques et tous les arrangements. C'est Roger Tokarz, le producteur de 'Voyage', qui produit ces trois volumes. Musicalement, ça reste ancré dans ce que fait 'Voyage', et c'est tant mieux, car c'est réussi et accrocheur, même s'il n'y a pas de paroles. On peut se demander d'où sortent tous ces titres : avaient-ils été composés pour figurer sur les albums de 'Voyage', puis finalement mis de côté ?
Quoi qu'il en soit, chaque volume contient de bons morceaux. C'est sur le volume 2 qu'est gravé ce "Silver Planet" synthétique et spatial...
Ci-dessous, le groupe 'Voyage' interprète sur un plateau TV le morceau "Lady America" :


http://www.mediafire.com/download/obg7z9lfa8s44um/silver.mp3

Monkey Star (12") - Arpadys (1977)



Ecoutez ce "Monkey Star" : malgré le côté 'spatial' du morceau, reconnaissez-vous la signature musicale ?
Oui : derrière le projet 'Arpadys', on retrouve les membres du groupe disco 'Voyage'. Mais si 'Voyage' rencontre un grand succès dans plusieurs pays en cette année 1977, on ne peut pas en dire autant de 'Arpadys'. Il est vrai que les morceaux gravés sur ce qui sera l'unique lp du projet ne sont pas vraiment accrocheurs... Comment qualifier cet album ? Musique expérimentale, musique d'ambiance ? Tous les titres sont écrits et arrangés par Sauveur Mallia et Pierre-Alain Dahan, qui jouent aussi des instruments en studio. Slim Pezin et Marc Chantereau, les deux autres membres de 'Voyage', sont aussi de la partie, mais seulement en tant que musiciens de studio. On note aussi la participation de Georges Rodi, dont la spécialité est le synthétiseur. Enfin, le disque est produit par Roger Tokarz, qui est aussi le producteur des albums de 'Voyage'... Finalement, 'Arpadys' a bien fait de ne pas sortir de second album : le champ a été ainsi libre pour 'Space', le groupe français de référence en matière de 'space disco' !
Ci-dessous, vidéo du titre "Save Your Love For Me" de 'Space' :


Skateboarding In N.Y. - Georges Rodi (1979)



Le français Georges Rodi est un musicien de l'ombre. Durant les 70's, il joue du synthétiseur sur les albums de Patrick Juvet, Françoise Hardy, Nicoletta, Don Ray, 'Voyage', 'Love And Kisses'...pour ne citer qu'eux. Il connaît donc bien la musique disco.
En 1979, il publie le lp "Space" sur lequel il enregistre cet entêtant "Skateboarding In N.Y.". Il est inscrit au dos de la pochette de l'album que toutes les musiques sont de Georges Rodi et Dave Sarkys. La réalisation du disque échoit à Louis Delacour.   

Danal Myth - Saturne EA1 (1977)



Comme sa pochette l'annonce, le lp "Magic Fly" du projet 'Saturne EA1' se tourne vers l'Espace. C'est clairement de la musique disco, avec une touche synthétique. Le titre qui ouvre l'album est la reprise du hit disco "Magic Fly" du groupe 'Space', mais dans une version minimaliste, voire enfantine et à la limite du ridicule. En ce qui concerne les autres morceaux, beaucoup sont co-écrits par Alec R. Costandinos. Ce sympathique "Danal Myth" est pour sa part écrit par M. Chantereau (du groupe 'Voyage') et C. Padovan. Quant à Ray Khinehtsky, il co-écrit certains morceaux et arrange le disque.

Astro 9 - Moon Birds (1978)



Suite au lp "Cosmos n°1" de 1977, le projet 'Moon Birds' revient en 1978 pour un second et ultime album, "Energy-MC1". Les titres de cet opus, dans leur majorité, ne sont pas vraiment disco. 
Du côté de la composition, on retrouve R. Davy qui écrit la plupart des morceaux. C'est lui qui signe également tous les arrangements. En revanche, le titre disco "Astro 9" est signé par Copperman/Goldera/Algarra, des noms en vogue durant l'époque disco. Copperman est en réalité Gilbert Chemouny, qui a co-écrit et produit le premier album des 'Moon Birds'. Algarra est Charles Rinieri, et Goldera est Humbert Ibach. Ces trois hommes sont également les producteur du lp "Energy-MC1", qui est diffusé par le label 'Disques Ibach'.
Le titre éponyme est gravé en single, avec en face B ce "Astro 9".

http://www.mediafire.com/download/vtsk6133vksvivc/astro.mp3

Baby Moon - O.K. Lem (1976)



1977, c'est l'année où la musique synthétique s'entend partout. Tout naturellement, elle se mêle au disco. De nombreux projets obscurs voient le jour.
Pourtant, en 1976 déjà, on s'intéresse à l'Espace. La preuve avec ce single "Baby Moon" du projet français 'O.K. Lem', derrière lequel se cachent entre autres Mat Camison et Gilbert Chemouny.
En 1977, "Baby Moon" sera gravé sur le lp "Cosmos n°1" du projet 'Moon Birds', projet mené par...Gilbert Chemouny et Mat Camison. 

Star Ship - Andromeda (1978)



Cet obscur single allemand a été écrit par Gerhard Kämpfe et Alexander Gordon. La production est de Kämpfe.

Shooting Star - Actarus (1978)



En 1975 débarque au Japon une nouvelle série animée : "UFO Robot Grendizer". 74 épisodes sont au programme. En France, tout comme en Italie, la série arrive en 1978. Elle est rebaptisée "Goldorak" en France et "UFO Robot Goldrake" en Italie. 
Le thème italien "UFO Robot", écrit par Albertelli/Tempera/Tavolazzi, est gravé en single. Chose étonnante, le disque se vend à plus d'un million d'exemplaires ! En face B se trouve ce "Shooting Star" écrit par les mêmes auteurs. Un album voit même le jour : il se nomme "Atlas UFO Robot" et contient un certain nombre de titres disco.


Capitan Futuro - I Micronauti (1980)



Le Japon produit en 1978 la série animé "Captain Future", qui comprend 52 épisodes. Ce feuilleton est diffusé dans plusieurs pays d'Europe, et il rencontre le succès. En France, il est renommé "Capitaine Flam", tandis qu'en Italie il prend le nom de "Capitan Futuro". Le générique italien est écrit et produit par L. Albertelli et V. Tempera.


Il Grande Mazinger - Superobots (1979)



"Il Grande Mazinger" est le titre italien donné à une série animée d'origine japonaise. Cette série se compose de 56 épisodes et est diffusée pour la première fois au Japon en 1974. Pour la version italienne, il faut attendre 1979. Le générique italien est écrit par Franco Migliacci et Argante. Il est diffusé en single. L'autre face du disque contient le générique d'un autre feuilleton d'origine japonaise.


mardi 16 août 2016

Dance With Me - Antonia (1979)



En terme de créativité et de production musicale, les années disco sont incroyablement riches : beaucoup de titres inédits mais aussi beaucoup de reprises. Et parfois même, des doublons. Par exemple, le "House Of The Rising Sun" interprété par 'Santa Esmeralda' et 'Revelacion', le "Granada" repris par 'Baccara' et Luisa Fernandez, ou encore "La Bamba" chantée par 'Baccara' et Antonia Rodriguez. 
Antonia, tout comme ses consœurs (ou rivales ?) Luisa, Mayte et Maria, est produite en Allemagne. Dans ce pays, à l'époque du disco, on fait beaucoup de disco-latino, de disco-reggae et de disco-rock. Avec de temps en temps une touche d'électronique.
Antonia publie en 1975 le single "Valentino". Mais son plus grand succès arrive en 1978 avec sa reprise disco de "La Bamba". Il est à noter que le duo 'Baccara' reprend aussi "La Bamba" en cette même année, mais leur version est beaucoup moins disco.
"La Bamba" est à l'origine une chanson traditionnelle mexicaine, popularisée en 1958 par Ritchie Valens. La version d'Antonia Rodriguez est réarrangée par Norbert Daum et Horst Hornung. Elle sort en single dans plusieurs pays, en version 7" mais aussi en version 12", et se classe à la 34e place aux USA dans le classement dédié à la musique disco. En Allemagne, Antonia interprète avec fraîcheur sa "Bamba" sur le plateau TV de la célèbre émission "Musikladen".    
Suite à ce succès, Antonia sort en 1979 l'album "Dance With Me". La majorité des titres sont écrits ou co-écrits par Horst Hornung. C'est lui également qui produit le lp et le co-arrange avec Norbert Daum. Le morceau extrait en single est "My Crazy Family", qui se rapproche du disco-reggae alors très en vogue en Allemagne. En tout cas, "My Crazy Family" fait davantage penser à l'Amérique du Sud et aux Caraïbes qu'à l'Espagne. Par contre, la face B du single est occupée par le très beau titre "O Chico", hispanique et disco à souhait. 
Antonia enregistre aussi en 1979 le titre "Bad-Eyed Bandit" qui est diffusé en single. Ce titre ne figure pas sur l'album "Dance With Me". En revanche, on retrouve en face B le morceau éponyme à l'album : j'ai nommé ce "Dance With Me", une vraie réussite qui aurait mérité une sortie single en face A. 


Quizas - Aviva (1978)



Aviva sans Shuky, c'est comme Stone sans Charden, Sheila sans Ringo... Et comme le chante Alain Bashung, "A quoi ça sert la frite si t'as pas les moules, ça sert à quoi l'cochonnet si t'as pas les boules ?". Oui, il est temps de s'interroger...
Shuky Levy est originaire d'Israël. Au début des années 1970, avec sa rayonnante amie Aviva Paz, il fonde le duo 'Shuky et Aviva'. Les deux tourtereaux (et non tourteaux, lisez bien...) rencontrent le succès, surtout en France et en Allemagne. Ils sortent des singles et des albums jusqu'à la fin des 70's. En 1978, ils publient le single "Fallait...Fallait Pas". Mais outre ce titre, ils enregistrent aussi chacun de leur côté. Aviva s'attaque au célèbre "Quizas, Quizas, Quizas". Ce morceau a été écrit en 1947 par le cubain Osvaldo Farrés. Le chanteur Nat King Cole l'a adapté en anglais en 1958 sous le titre "Perhaps, Perhaps, Perhaps".
Avec le disco, tout se réorchestre, c'est bien connu : la version anglaise d'Aviva est arrangée par Roger Loubet et...Shuky Levy. Le disque est produit par H. Saban, qui produit aussi certains disques du duo 'Shuky et Aviva'.

http://www.mediafire.com/download/22dbe28kikrut5v/aviva.mp3

A Fim De Voltar - Tim Maia (1978)



Il avait une coupe afro digne des plus grands artistes disco-soul des 70's : c'était le brésilien Tim Maia, décédé il y a un moment déjà, en 1998. Les nouvelles ne sont donc pas très fraîches... Mais comme il le chantait lui-même en 1976, "Nobody Can Live Forever"... De nos jours en Europe, qui se souvient de lui ? 
Tout au long de sa carrière, qui a débuté à la fin des 60's, il a enregistré de nombreux albums. Plus les années ont passé, plus son visage s'est affaissé. Sa coupe de cheveux, en revanche, s'est redressée, comme pour redonner un certain équilibre à la forme de son visage qui s'élargissait par le bas.
Niveau musique, Tim a publié en 1978 le lp "Disco Club" qu'il a co-écrit et co-produit, et sur lequel il a enregistré ce très bon "A Fim De Voltar". 

El Condor Pasa (12") - Back In Time (1978)



Groupe éphémère, 'Back In Time' n'a qu'un seul opus à son actif. L'album, qui sort dans plusieurs pays, est produit en 1978 par les français François Bernheim et Jean-Louis Detry, et est co-arrangé par Roger Loubet. Les 'lead vocals' sont réalisés par Roddy Julienne. Le titre phare qui est extrait en single est la reprise disco du classique "El Condor Pasa". Ce titre est à l'origine un instrumental, composé en 1913 par le péruvien Daniel Alomia Robles. Par la suite, le morceau devient très populaire tout autour du globe, et des centaines de versions sont enregistrées, avec souvent des paroles différentes. En 1970, le duo 'Simon and Garfunkel' réalise sa propre version avec des paroles en anglais écrites de la main de Paul Simon. Le titre est un vrai succès. C'est cette version anglaise que le groupe 'Back In Time' reprend en 1978.  

Lonely Woman - Sergio Mendes And Brasil '88 (1979)



Après son aventure disco avec 'The New Brasil '77', Sergio Mendes remet ça en 1979 avec son album "Magic Lady" qu'il publie avec la formation 'Brasil '88'. 
"Magic Lady" est co-écrit, arrangé et produit par Mendes. Michael Sembello est toujours présent : il co-écrit plusieurs titres et joue de la guitare. Mendes, lui, officie aux pianos, synthétiseurs, et participe aux percussions.
"Magic Lady" est un opus complètement disco, avec des titres up-tempo et d'autres un peu plus lents. "Lonely Woman", écrit par Carmine Lauro, est sans doute l'un des meilleurs morceaux. Il est d'ailleurs choisi pour faire la face B du single "I'll Tell You".

http://www.mediafire.com/download/y9knszys6osiqw8/02-lonely_woman.mp3

Love Me Tomorrow - Sergio Mendes And The New Brasil '77 (1977)



Sergio Mendes est un artiste bien connu au Brésil, pays d'où il est originaire. Mais sa renommée dépasse largement les frontières du Brésil.
En 1966, avec son groupe 'Brasil '66', il reprend le titre "Mas Que Nada" de Jorge Ben et rencontre un grand succès. Il se met par la suite au disco en 1977, en publiant et produisant un album baptisé "Sergio Mendes And The New Brasil '77". Le morceau qui ouvre cet opus est ce "Love Me Tomorrow" écrit par David Paich. Mendes participe peu à l'écriture des titres puisqu'il n'en co-écrit que deux. On note la participation de Stevie Wonder qui écrit "The Real Thing" et co-écrit "Love City". Michael Sembello, qui se fera connaître quelques années plus tard grâce à son titre "Maniac", participe lui aussi à l'écriture du lp. 
Parmi les musiciens, on note que Mendes est aux claviers, Stevie Wonder au piano, David Grusin joue du synthétiseur et Michael Sembello officie à la guitare. 
La pochette de l'album est sympathique, surtout la photo au dos, qui montre l'équipe de football dans un piteux état.
Le titre disco "The Real Thing" est extrait en single principal. "Love Me Tomorrow" bénéficie lui aussi d'un pressage en simple.


mardi 9 août 2016

Zero (12") - Gepy & Gepy (1979)



Derrière le nom 'Gepy e Gepy' se cachent principalement Giampiero Scalamogna et Melissa Chimenti.
Ils sortent en 1977 le single disco "Blu", puis en 1978 "Chi Io ?". Enfin, 1979 voit la parution de l'album "Body To Body" arrangé par Geoff Bastow.
Les 6 morceaux composant ce lp sont tous de bonne facture. On retrouve principalement à l'écriture Sergepy (pseudo de Scalamogna), R.W. Palmer James, D. Farina et E. Picciotta. Le disque est diffusé dans plusieurs pays.
Outre Scalamogna et Chimenti, apparaît sur la pochette de l'opus une femme blonde. Participe-t-elle au chant ou bien fait-elle uniquement de la figuration en mettant en avant ses seins nus aux tétons pointus ?
Les titres "Body To Body" et "African Love Song" sont gravés en singles. En 1980, "Zero" sort au Canada en maxi 45T.
Ci-dessous : magnifique passage TV pour "Body To Body" :


Sexy Party - Renato Zero (1978)



Oui, Renato l'italien s'est essayé à l'anglais... 
En 1978, il est sur la voie du succès. Il sort son album "Zerolandia", sur lequel il a co-écrit la majorité des titres, dont "Triangolo" qu'il a signé avec un certain Caviri. "Triangolo", de part ses qualités évidentes, est diffusé en single. Pour l'Espagne, Renato enregistre une version espagnole rebaptisée "Triangulo". Cette version sort en 1979. Mais il était aussi question de diffuser une version anglaise, sûrement destinée au Royaume-Uni. En anglais, "Triangolo" se renomme "Sexy Party". Il faut avouer que ce n'est pas très agréable pour les oreilles, car Renato chante avec un accent italien prononcé...et puis, en chantant en anglais, Renato perd en charme et en personnalité. C'est peut-être pour ces raisons que le disque n'est jamais sorti ?  


Baratto - Renato Zero (1979)



1978 marque un tournant dans la carrière musicale de l'italien Renato Zero : il fonde son propre label qu'il baptise 'Zerolandia', et il publie par le biais de ce label son nouvel album, nommé lui aussi "Zerolandia". Cet opus contient le formidable morceau disco "Triangolo", que Renato n'hésite pas à interpréter vêtu d'une combinaison ultra-moulante arborant plusieurs triangles, dont un au niveau de l'entrejambe. A cette époque, le personnage créé par Renato est à son apogée. Il s'agit d'un personnage qui rappelle beaucoup le théâtre-opéra italien : maquillé, démonstratif, expressif, vêtu de tenues extravagantes... Renato se travestit, et son look androgyne voire asexué contraste avec sa voix rauque.
L'année 1979 est chargée pour Renato : sont au programme un album, une tournée et un film. L'artiste participe activement à l'écriture de son opus. Il est épaulé principalement par Piero Pintucci qui participe aussi à l'écriture des titres, les arrange puis produit l'album. Dans la lignée des lp "Zerofobia" et "Zerolandia", ce nouvel opus se nomme "EroZero". Il se classe à la 1ere place dans les charts en Italie. Le titre extrait en single est "Il Carrozzone", qui se classe lui aussi 1er dans les charts italiens. La face B du 45T est occupée par le bon morceau disco "Baratto" qui toutefois n'égale pas ce chef-d'oeuvre qu'est "Il Triangolo".
Renato retrouve la scène et le public en montant le spectacle "La Favola Di EroZero". Pour assurer ses shows, il voit les choses en grand : il loue un chapiteau auprès du cirque 'Togni' et le baptise 'Zerolandia'. Sa tournée le conduit dans plusieurs villes d'Italie.
Enfin, Renato est aussi le personnage principal du film musical "Ciao Ni". C'est en quelque sorte le film de sa tournée, agrémenté de scènes filmées en studio.
Ci-dessous, Renato nous offre une superbe prestation pour "Baratto" :


http://www.mediafire.com/download/wgr03c4ot864d2v/RZ79.mp3