jeudi 25 août 2016

Silver Planet - Chantereau, Dahan and Pezin (1979)



Marc Chantereau, Pierre-Alain Dahan et Slim Pezin sont tous les trois des musiciens français. En 1977, ils font partie de 'Voyage', un groupe disco qui connaît son premier succès avec le titre "From East To West".
Pour 1979, 'Voyage' ne publie aucun album. Mais les membres du groupe ne restent pas inactifs : ainsi, Chantereau, Dahan et Pezin travaillent sur l'album de Sylvia Mason, qui a chanté précédemment pour 'Voyage'... Les trois compères publient également trois albums baptisés "Disco And Co", sur lesquels ils signent toutes les musiques et tous les arrangements. C'est Roger Tokarz, le producteur de 'Voyage', qui produit ces trois volumes. Musicalement, ça reste ancré dans ce que fait 'Voyage', et c'est tant mieux, car c'est réussi et accrocheur, même s'il n'y a pas de paroles. On peut se demander d'où sortent tous ces titres : avaient-ils été composés pour figurer sur les albums de 'Voyage', puis finalement mis de côté ?
Quoi qu'il en soit, chaque volume contient de bons morceaux. C'est sur le volume 2 qu'est gravé ce "Silver Planet" synthétique et spatial...
Ci-dessous, le groupe 'Voyage' interprète sur un plateau TV le morceau "Lady America" :


http://www.mediafire.com/download/obg7z9lfa8s44um/silver.mp3

Monkey Star (12") - Arpadys (1977)



Ecoutez ce "Monkey Star" : malgré le côté 'spatial' du morceau, reconnaissez-vous la signature musicale ?
Oui : derrière le projet 'Arpadys', on retrouve les membres du groupe disco 'Voyage'. Mais si 'Voyage' rencontre un grand succès dans plusieurs pays en cette année 1977, on ne peut pas en dire autant de 'Arpadys'. Il est vrai que les morceaux gravés sur ce qui sera l'unique lp du projet ne sont pas vraiment accrocheurs... Comment qualifier cet album ? Musique expérimentale, musique d'ambiance ? Tous les titres sont écrits et arrangés par Sauveur Mallia et Pierre-Alain Dahan, qui jouent aussi des instruments en studio. Slim Pezin et Marc Chantereau, les deux autres membres de 'Voyage', sont aussi de la partie, mais seulement en tant que musiciens de studio. On note aussi la participation de Georges Rodi, dont la spécialité est le synthétiseur. Enfin, le disque est produit par Roger Tokarz, qui est aussi le producteur des albums de 'Voyage'... Finalement, 'Arpadys' a bien fait de ne pas sortir de second album : le champ a été ainsi libre pour 'Space', le groupe français de référence en matière de 'space disco' !
Ci-dessous, vidéo du titre "Save Your Love For Me" de 'Space' :


Skateboarding In N.Y. - Georges Rodi (1979)



Le français Georges Rodi est un musicien de l'ombre. Durant les 70's, il joue du synthétiseur sur les albums de Patrick Juvet, Françoise Hardy, Nicoletta, Don Ray, 'Voyage', 'Love And Kisses'...pour ne citer qu'eux. Il connaît donc bien la musique disco.
En 1979, il publie le lp "Space" sur lequel il enregistre cet entêtant "Skateboarding In N.Y.". Il est inscrit au dos de la pochette de l'album que toutes les musiques sont de Georges Rodi et Dave Sarkys. La réalisation du disque échoit à Louis Delacour.   

Danal Myth - Saturne EA1 (1977)



Comme sa pochette l'annonce, le lp "Magic Fly" du projet 'Saturne EA1' se tourne vers l'Espace. C'est clairement de la musique disco, avec une touche synthétique. Le titre qui ouvre l'album est la reprise du hit disco "Magic Fly" du groupe 'Space', mais dans une version minimaliste, voire enfantine et à la limite du ridicule. En ce qui concerne les autres morceaux, beaucoup sont co-écrits par Alec R. Costandinos. Ce sympathique "Danal Myth" est pour sa part écrit par M. Chantereau (du groupe 'Voyage') et C. Padovan. Quant à Ray Khinehtsky, il co-écrit certains morceaux et arrange le disque.

Astro 9 - Moon Birds (1978)



Suite au lp "Cosmos n°1" de 1977, le projet 'Moon Birds' revient en 1978 pour un second et ultime album, "Energy-MC1". Les titres de cet opus, dans leur majorité, ne sont pas vraiment disco. 
Du côté de la composition, on retrouve R. Davy qui écrit la plupart des morceaux. C'est lui qui signe également tous les arrangements. En revanche, le titre disco "Astro 9" est signé par Copperman/Goldera/Algarra, des noms en vogue durant l'époque disco. Copperman est en réalité Gilbert Chemouny, qui a co-écrit et produit le premier album des 'Moon Birds'. Algarra est Charles Rinieri, et Goldera est Humbert Ibach. Ces trois hommes sont également les producteur du lp "Energy-MC1", qui est diffusé par le label 'Disques Ibach'.
Le titre éponyme est gravé en single, avec en face B ce "Astro 9".

http://www.mediafire.com/download/vtsk6133vksvivc/astro.mp3

Baby Moon - O.K. Lem (1976)



1977, c'est l'année où la musique synthétique s'entend partout. Tout naturellement, elle se mêle au disco. De nombreux projets obscurs voient le jour.
Pourtant, en 1976 déjà, on s'intéresse à l'Espace. La preuve avec ce single "Baby Moon" du projet français 'O.K. Lem', derrière lequel se cachent entre autres Mat Camison et Gilbert Chemouny.
En 1977, "Baby Moon" sera gravé sur le lp "Cosmos n°1" du projet 'Moon Birds', projet mené par...Gilbert Chemouny et Mat Camison. 

Star Ship - Andromeda (1978)



Cet obscur single allemand a été écrit par Gerhard Kämpfe et Alexander Gordon. La production est de Kämpfe.

Shooting Star - Actarus (1978)



En 1975 débarque au Japon une nouvelle série animée : "UFO Robot Grendizer". 74 épisodes sont au programme. En France, tout comme en Italie, la série arrive en 1978. Elle est rebaptisée "Goldorak" en France et "UFO Robot Goldrake" en Italie. 
Le thème italien "UFO Robot", écrit par Albertelli/Tempera/Tavolazzi, est gravé en single. Chose étonnante, le disque se vend à plus d'un million d'exemplaires ! En face B se trouve ce "Shooting Star" écrit par les mêmes auteurs. Un album voit même le jour : il se nomme "Atlas UFO Robot" et contient un certain nombre de titres disco.


Capitan Futuro - I Micronauti (1980)



Le Japon produit en 1978 la série animé "Captain Future", qui comprend 52 épisodes. Ce feuilleton est diffusé dans plusieurs pays d'Europe, et il rencontre le succès. En France, il est renommé "Capitaine Flam", tandis qu'en Italie il prend le nom de "Capitan Futuro". Le générique italien est écrit et produit par L. Albertelli et V. Tempera.


Il Grande Mazinger - Superobots (1979)



"Il Grande Mazinger" est le titre italien donné à une série animée d'origine japonaise. Cette série se compose de 56 épisodes et est diffusée pour la première fois au Japon en 1974. Pour la version italienne, il faut attendre 1979. Le générique italien est écrit par Franco Migliacci et Argante. Il est diffusé en single. L'autre face du disque contient le générique d'un autre feuilleton d'origine japonaise.


mardi 16 août 2016

Dance With Me - Antonia (1979)



En terme de créativité et de production musicale, les années disco sont incroyablement riches : beaucoup de titres inédits mais aussi beaucoup de reprises. Et parfois même, des doublons. Par exemple, le "House Of The Rising Sun" interprété par 'Santa Esmeralda' et 'Revelacion', le "Granada" repris par 'Baccara' et Luisa Fernandez, ou encore "La Bamba" chantée par 'Baccara' et Antonia Rodriguez. 
Antonia, tout comme ses consœurs (ou rivales ?) Luisa, Mayte et Maria, est produite en Allemagne. Dans ce pays, à l'époque du disco, on fait beaucoup de disco-latino, de disco-reggae et de disco-rock. Avec de temps en temps une touche d'électronique.
Antonia publie en 1975 le single "Valentino". Mais son plus grand succès arrive en 1978 avec sa reprise disco de "La Bamba". Il est à noter que le duo 'Baccara' reprend aussi "La Bamba" en cette même année, mais leur version est beaucoup moins disco.
"La Bamba" est à l'origine une chanson traditionnelle mexicaine, popularisée en 1958 par Ritchie Valens. La version d'Antonia Rodriguez est réarrangée par Norbert Daum et Horst Hornung. Elle sort en single dans plusieurs pays, en version 7" mais aussi en version 12", et se classe à la 34e place aux USA dans le classement dédié à la musique disco. En Allemagne, Antonia interprète avec fraîcheur sa "Bamba" sur le plateau TV de la célèbre émission "Musikladen".    
Suite à ce succès, Antonia sort en 1979 l'album "Dance With Me". La majorité des titres sont écrits ou co-écrits par Horst Hornung. C'est lui également qui produit le lp et le co-arrange avec Norbert Daum. Le morceau extrait en single est "My Crazy Family", qui se rapproche du disco-reggae alors très en vogue en Allemagne. En tout cas, "My Crazy Family" fait davantage penser à l'Amérique du Sud et aux Caraïbes qu'à l'Espagne. Par contre, la face B du single est occupée par le très beau titre "O Chico", hispanique et disco à souhait. 
Antonia enregistre aussi en 1979 le titre "Bad-Eyed Bandit" qui est diffusé en single. Ce titre ne figure pas sur l'album "Dance With Me". En revanche, on retrouve en face B le morceau éponyme à l'album : j'ai nommé ce "Dance With Me", une vraie réussite qui aurait mérité une sortie single en face A. 


Quizas - Aviva (1978)



Aviva sans Shuky, c'est comme Stone sans Charden, Sheila sans Ringo... Et comme le chante Alain Bashung, "A quoi ça sert la frite si t'as pas les moules, ça sert à quoi l'cochonnet si t'as pas les boules ?". Oui, il est temps de s'interroger...
Shuky Levy est originaire d'Israël. Au début des années 1970, avec sa rayonnante amie Aviva Paz, il fonde le duo 'Shuky et Aviva'. Les deux tourtereaux (et non tourteaux, lisez bien...) rencontrent le succès, surtout en France et en Allemagne. Ils sortent des singles et des albums jusqu'à la fin des 70's. En 1978, ils publient le single "Fallait...Fallait Pas". Mais outre ce titre, ils enregistrent aussi chacun de leur côté. Aviva s'attaque au célèbre "Quizas, Quizas, Quizas". Ce morceau a été écrit en 1947 par le cubain Osvaldo Farrés. Le chanteur Nat King Cole l'a adapté en anglais en 1958 sous le titre "Perhaps, Perhaps, Perhaps".
Avec le disco, tout se réorchestre, c'est bien connu : la version anglaise d'Aviva est arrangée par Roger Loubet et...Shuky Levy. Le disque est produit par H. Saban, qui produit aussi certains disques du duo 'Shuky et Aviva'.

http://www.mediafire.com/download/22dbe28kikrut5v/aviva.mp3

A Fim De Voltar - Tim Maia (1978)



Il avait une coupe afro digne des plus grands artistes disco-soul des 70's : c'était le brésilien Tim Maia, décédé il y a un moment déjà, en 1998. Les nouvelles ne sont donc pas très fraîches... Mais comme il le chantait lui-même en 1976, "Nobody Can Live Forever"... De nos jours en Europe, qui se souvient de lui ? 
Tout au long de sa carrière, qui a débuté à la fin des 60's, il a enregistré de nombreux albums. Plus les années ont passé, plus son visage s'est affaissé. Sa coupe de cheveux, en revanche, s'est redressée, comme pour redonner un certain équilibre à la forme de son visage qui s'élargissait par le bas.
Niveau musique, Tim a publié en 1978 le lp "Disco Club" qu'il a co-écrit et co-produit, et sur lequel il a enregistré ce très bon "A Fim De Voltar". 

El Condor Pasa (12") - Back In Time (1978)



Groupe éphémère, 'Back In Time' n'a qu'un seul opus à son actif. L'album, qui sort dans plusieurs pays, est produit en 1978 par les français François Bernheim et Jean-Louis Detry, et est co-arrangé par Roger Loubet. Les 'lead vocals' sont réalisés par Roddy Julienne. Le titre phare qui est extrait en single est la reprise disco du classique "El Condor Pasa". Ce titre est à l'origine un instrumental, composé en 1913 par le péruvien Daniel Alomia Robles. Par la suite, le morceau devient très populaire tout autour du globe, et des centaines de versions sont enregistrées, avec souvent des paroles différentes. En 1970, le duo 'Simon and Garfunkel' réalise sa propre version avec des paroles en anglais écrites de la main de Paul Simon. Le titre est un vrai succès. C'est cette version anglaise que le groupe 'Back In Time' reprend en 1978.  

Lonely Woman - Sergio Mendes And Brasil '88 (1979)



Après son aventure disco avec 'The New Brasil '77', Sergio Mendes remet ça en 1979 avec son album "Magic Lady" qu'il publie avec la formation 'Brasil '88'. 
"Magic Lady" est co-écrit, arrangé et produit par Mendes. Michael Sembello est toujours présent : il co-écrit plusieurs titres et joue de la guitare. Mendes, lui, officie aux pianos, synthétiseurs, et participe aux percussions.
"Magic Lady" est un opus complètement disco, avec des titres up-tempo et d'autres un peu plus lents. "Lonely Woman", écrit par Carmine Lauro, est sans doute l'un des meilleurs morceaux. Il est d'ailleurs choisi pour faire la face B du single "I'll Tell You".

http://www.mediafire.com/download/y9knszys6osiqw8/02-lonely_woman.mp3

Love Me Tomorrow - Sergio Mendes And The New Brasil '77 (1977)



Sergio Mendes est un artiste bien connu au Brésil, pays d'où il est originaire. Mais sa renommée dépasse largement les frontières du Brésil.
En 1966, avec son groupe 'Brasil '66', il reprend le titre "Mas Que Nada" de Jorge Ben et rencontre un grand succès. Il se met par la suite au disco en 1977, en publiant et produisant un album baptisé "Sergio Mendes And The New Brasil '77". Le morceau qui ouvre cet opus est ce "Love Me Tomorrow" écrit par David Paich. Mendes participe peu à l'écriture des titres puisqu'il n'en co-écrit que deux. On note la participation de Stevie Wonder qui écrit "The Real Thing" et co-écrit "Love City". Michael Sembello, qui se fera connaître quelques années plus tard grâce à son titre "Maniac", participe lui aussi à l'écriture du lp. 
Parmi les musiciens, on note que Mendes est aux claviers, Stevie Wonder au piano, David Grusin joue du synthétiseur et Michael Sembello officie à la guitare. 
La pochette de l'album est sympathique, surtout la photo au dos, qui montre l'équipe de football dans un piteux état.
Le titre disco "The Real Thing" est extrait en single principal. "Love Me Tomorrow" bénéficie lui aussi d'un pressage en simple.


mardi 9 août 2016

Zero (12") - Gepy & Gepy (1979)



Derrière le nom 'Gepy e Gepy' se cachent principalement Giampiero Scalamogna et Melissa Chimenti.
Ils sortent en 1977 le single disco "Blu", puis en 1978 "Chi Io ?". Enfin, 1979 voit la parution de l'album "Body To Body" arrangé par Geoff Bastow.
Les 6 morceaux composant ce lp sont tous de bonne facture. On retrouve principalement à l'écriture Sergepy (pseudo de Scalamogna), R.W. Palmer James, D. Farina et E. Picciotta. Le disque est diffusé dans plusieurs pays.
Outre Scalamogna et Chimenti, apparaît sur la pochette de l'opus une femme blonde. Participe-t-elle au chant ou bien fait-elle uniquement de la figuration en mettant en avant ses seins nus aux tétons pointus ?
Les titres "Body To Body" et "African Love Song" sont gravés en singles. En 1980, "Zero" sort au Canada en maxi 45T.
Ci-dessous : magnifique passage TV pour "Body To Body" :


Sexy Party - Renato Zero (1978)



Oui, Renato l'italien s'est essayé à l'anglais... 
En 1978, il est sur la voie du succès. Il sort son album "Zerolandia", sur lequel il a co-écrit la majorité des titres, dont "Triangolo" qu'il a signé avec un certain Caviri. "Triangolo", de part ses qualités évidentes, est diffusé en single. Pour l'Espagne, Renato enregistre une version espagnole rebaptisée "Triangulo". Cette version sort en 1979. Mais il était aussi question de diffuser une version anglaise, sûrement destinée au Royaume-Uni. En anglais, "Triangolo" se renomme "Sexy Party". Il faut avouer que ce n'est pas très agréable pour les oreilles, car Renato chante avec un accent italien prononcé...et puis, en chantant en anglais, Renato perd en charme et en personnalité. C'est peut-être pour ces raisons que le disque n'est jamais sorti ?  


Baratto - Renato Zero (1979)



1978 marque un tournant dans la carrière musicale de l'italien Renato Zero : il fonde son propre label qu'il baptise 'Zerolandia', et il publie par le biais de ce label son nouvel album, nommé lui aussi "Zerolandia". Cet opus contient le formidable morceau disco "Triangolo", que Renato n'hésite pas à interpréter vêtu d'une combinaison ultra-moulante arborant plusieurs triangles, dont un au niveau de l'entrejambe. A cette époque, le personnage créé par Renato est à son apogée. Il s'agit d'un personnage qui rappelle beaucoup le théâtre-opéra italien : maquillé, démonstratif, expressif, vêtu de tenues extravagantes... Renato se travestit, et son look androgyne voire asexué contraste avec sa voix rauque.
L'année 1979 est chargée pour Renato : sont au programme un album, une tournée et un film. L'artiste participe activement à l'écriture de son opus. Il est épaulé principalement par Piero Pintucci qui participe aussi à l'écriture des titres, les arrange puis produit l'album. Dans la lignée des lp "Zerofobia" et "Zerolandia", ce nouvel opus se nomme "EroZero". Il se classe à la 1ere place dans les charts en Italie. Le titre extrait en single est "Il Carrozzone", qui se classe lui aussi 1er dans les charts italiens. La face B du 45T est occupée par le bon morceau disco "Baratto" qui toutefois n'égale pas ce chef-d'oeuvre qu'est "Il Triangolo".
Renato retrouve la scène et le public en montant le spectacle "La Favola Di EroZero". Pour assurer ses shows, il voit les choses en grand : il loue un chapiteau auprès du cirque 'Togni' et le baptise 'Zerolandia'. Sa tournée le conduit dans plusieurs villes d'Italie.
Enfin, Renato est aussi le personnage principal du film musical "Ciao Ni". C'est en quelque sorte le film de sa tournée, agrémenté de scènes filmées en studio.
Ci-dessous, Renato nous offre une superbe prestation pour "Baratto" :


http://www.mediafire.com/download/wgr03c4ot864d2v/RZ79.mp3

Geometria - Claudio Savietto (1979)



Avec Claudio Savietto, on révise sa géométrie ! Bon, pour combler le vide de cet article, disons que Claudio est un artiste mystère. Son titre "Geometria" est une reprise brésilienne du morceau disco "Triangolo" de l'italien Renato Zero. A la production du disque est crédité Gastao Lamounier.
On peut se demander comment une chanson italienne en est venue à traverser l'Atlantique pour se retrouver au Brésil...mais l'explication est peut-être la suivante : en 1979, Renato Zero a fait une version espagnole de son "Triangolo", tout spécialement destinée au marché espagnol. Comme l'on sait que le Brésil est lié au Portugal et que ce dernier est frontalier à l'Espagne, ceci explique peut-être cela. Mais il est aussi à noter que certains disques de Renato ont été diffusés au Brésil durant la période disco...

Triangolo - Gil Ventura (1978)



Gil Ventura est un saxophoniste. Comme plusieurs autres musiciens, il se met à sortir durant les années 1970 des disques sur lesquels il reprend en versions instrumentales les succès du moment.
Ventura est plutôt prolifique : il n'enregistre pas moins de 20 albums entre 1972 et 1980, la plupart d'entre eux possédant une pochette érotique. En 1975, l'un de ses disques se nomme "Disco Hit Saxophon" : comme vous l'aurez deviné, ce lp contient plusieurs reprises disco.
Pour 1978, il publie plusieurs lp, dont "Sax Club Number 18" et "Disco Sax", sur lesquels on retrouve le morceau "Triangolo". Ce titre est tout récent puisqu'il a été enregistré par Renato Zero pour son album "Zerolandia" sorti en 1978. La version que nous offre Ventura n'est pas du meilleur goût, et l'on peut dire qu'un saxophone et des choeurs ne suffisent pas à remplacer l'inimitable Renato Zero.

http://www.mediafire.com/download/vaduc3odb7hz1q1/ventura.mp3

St. Tropez (12") - Diva Gray and Oyster (1979)



Deborah Gray prête sa voix sur plusieurs albums durant la période disco. Elle travaille ainsi avec 'Chic' ou encore avec Gregg Diamond. 
En 1979, Luigi Ojival produit son album "Hotel Paradise", qui renferme le titre phare "St. Tropez". Tous les morceaux de ce lp sont écrits par P. Nacabal et M. Beaucarty, avec parfois la participation de C. Bennett. Les arrangements sont de P. Nacabal et L. Ojival.
"St. Tropez" et "Hotel Paradise" sont diffusés en singles. Toutefois, sur certains pressages du single "St. Tropez", il est uniquement mentionné 'Oyster' en nom d'artiste.

jeudi 28 juillet 2016

Tightrope - Number One Ensemble (1980)



Si le lp "Gipsylon" du 'Number One Ensemble' est une merveille disco, on ne peut pas en dire autant de l'album "N.O.E.". Pourtant, tous les deux sortent en 1980 et sont co-écrits et produits par l'italien Massimo Salerno. Mais il semblerait que le mouvement 'disco sucks' ait fait des ravages entre-temps... Sur "N.O.E.", on ne trouve qu'un seul titre disco, c'est ce "Tightrope", qui heureusement est un bon morceau. Le reste fait surtout place au rock. On a aussi le titre "A Good Time" qui aurait pu être disco, mais qui ne démarre jamais... La ballade rock "Biding My Time" est sympathique, tout comme "Donna Donna", hybride disco-rock qui ouvre l'opus. Le morceau "Halloween", lui, n'a absolument rien d'effrayant, mais il est accrocheur. C'est à peu près tout ce que l'on peut retenir de cet album "N.O.E.", qui est le dernier de la trilogie du 'Number One Ensemble'... Toutefois, on ne peut pas passer à côté de la pochette plus que douteuse qui semble mettre en scène un jeune mineur prêt à tourner un film porno gay...

http://www.mediafire.com/download/fgwevw8e6jpd23n/06-tightrope.mp3

In San Francisco (12") - V.I.S.A. (1979)



Les 4 titres qui se partagent les deux faces du lp "San Francisco" du projet 'V.I.S.A.' nous plongent dans le meilleur du disco italien de 1979. Les musiques sont signées Celso Valli/Lubiak, et les arrangements sont de Celso Valli. 
Musicalement, le morceau "In San Francisco" rappelle les 'Village People', d'autant plus que ces derniers avaient enregistré en 1977 le titre "San Francisco"... Mais "In San Francisco" conserve heureusement une touche propre au disco italien.

I'm Burning Up (12") - Elvin Shaad (1978)



4 titres disco sont au rendez-vous sur le lp "Live For Love" de Elvin Shaad. Cet album est présenté comme étant "the new french love sound". Ne vous attendez donc pas à du frénétique 'Peter Jacques Band', même si Jacques Fred Petrus est crédité comme étant le co-producteur exécutif du lp. Ici, c'est du disco romantique dont il est question. Elvin Shaad co-écrit et co-produit l'album qui est diffusé par 'Goody Music Records', le label de Jacques Fred Petrus et Mauro Malavasi.

Daddy Daddy (12" version + instrumental version) - Radiorama (1989)



'Radiorama' connaît ses premiers succès en 1985 avec les titres "Chance To Desire" et "Desire". Ils sont suivis l'année suivante de trois autres singles, "Aliens", "Hey Hey" et "Vampires".
Les titres "Chance To Desire", "Desire", "Hey Hey" et "Vampires" sont inclus sur le premier album du groupe qui sort en 1986. Baptisé "Desires And Vampires", cet opus est produit par Paolo Gemma et Marco Bresciani. On y trouve aussi la première version de "Flight Of Fantasy", un morceau écrit par M. Farina et G. Crivellente, qui dure 3mn55. Cette version est bonne, mais je trouve que la basse façon 'italo-disco' est trop présente. Toutefois, on y remédie en 1989 avec le 4eme album, "Four Years After" : est gravée sur ce disque une nouvelle version de "Flight Of Fantasy", plus énergique, plus réussie dans son ensemble. La durée est quant à elle portée à 5mn15.
"Four Years After", produit par Paolo Gemma, est sans doute le meilleur album du groupe : "Bad Boy You", le titre phare, est une grande réussite italo-disco. "Daddy Daddy" est tout aussi bon. Du côté des ballades, on a droit à la superbe "A Love Song". Et puis mentionnons aussi le très sympathique "Macho Man" (rien à voir avec les 'Village People' !), sans oublier la nouvelle version du titre "Aliens", qui surpasse la version originale.
Sur l'album, "Daddy Daddy" est en version courte. Mais un maxi-single contenant une version 12" ainsi qu'une version instrumentale est diffusé.
Pour ce qui est des nouvelles versions, Radiorama remixera également en 1990 son titre "ABCD" de 1988 : pour le coup, je trouve meilleure la version originale, le tempo de la reprise étant trop rapide.
Ci-dessous, vidéo incluant deux titres de l'album de 1989, "Flight Of Fantasy" et "Baciami" :


Daddy Daddy (12" version)

Daddy Daddy (instrumental version)

Teaser - The Dells (1977)



Il faut remonter dans les années 1950 pour trouver les tout premiers disques enregistrés par le groupe américain 'The Dells'. Ils seront encore très actifs dans les 70's et graveront de nombreux albums.
En 1977, ils proposent le lp "They Said It Couldn't Be Done, But We Did It !", dont la pochette n'a rien de disco. Pourtant, il serait dommage de passer à côté de cet album puisqu'il renferme plusieurs titres disco, dont ce "Teaser", court mais efficace.
L'album est produit par 'The Harris Machine', qui n'est autre que Norman Harris, qui participe également à l'écriture de certains morceaux du lp, parmi lesquels "Teaser".
En 1981, le groupe reprendra même le "Is It It" de la formation disco 'Peter Jacques Band', reprise à écouter ci-dessous :


lundi 18 juillet 2016

Muscle Man - Sterling Saint Jacques (1980)



Comment le musicien français Christian Baciotti en est-il venu à travailler pour l'américain Sterling Saint Jacques ? C'est une question à laquelle je n'ai malheureusement pas la réponse.
Dans les 70's, Sterling est un mannequin mais aussi un danseur professionnel. On le voit régulièrement au Studio 54 de New York, le temple du disco par excellence.
De son côté, en Europe et particulièrement en Italie, Baciotti rencontre un certain succès en 1977 avec son titre disco avant-gardiste "Black Jack". En 1979, il compose et arrange le lp disco "Right Now" pour la chanteuse américaine La Velle, installée depuis peu en France. Est-ce par son intermédiaire qu'il rencontre Sterling Saint Jacques ?
Quoi qu'il en soit, Baciotti compose et arrange 7 titres qui sont enregistrés par Sterling. Il fait aussi les choeurs. L'album qui est ainsi réalisé est produit par Yona et sort en 1980. La pochette est de toute beauté, magnifiée sans aucun doute par le physique de Sterling.
La ballade "Again" est extraite en single principal, et Sterling l'interprète pour un programme TV italien, voyez plutôt ci-dessous :


Dream - Bon Voyage (1979?)



Sur des paroles de P. Forrest, Baciotti compose et interprète ce titre "Dream". Les arrangements sont signés R. Loubet. La date de sortie du single n'est pas connue, mais "Dream" a également été enregistré par le projet 'Winchester 44' dans une version légèrement différente, plus rock, en 1979. On peut donc supposer que la version de 'Bon Voyage' a été réalisée à la même époque.

Black Jack (12") - Tom Cat (1988)



On le sait, les reprises sont souvent moins réussies et moins dignes d'intérêt que les versions originales. 
En 1977, Christian Baciotti publie son premier album, sur lequel ressort clairement le titre "Black Jack", merveille disco électronique. Dans sa version la plus longue, "Black Jack" atteint 10'40". Le succès est surtout au rendez-vous en Italie.
Les années passent, et "Black Jack" ressort en 1986 au Canada sous la forme d'un remix Hi NRG synthétique et minimaliste. Ne parlons pas des voix : les vocalistes semblent avoir enregistré dans une cabine saturée de fumées toxiques. Merci pour cette version façon 'zombie', sans aucun relief ni aucune véritable ambiance. Et puis, la rythmique robotique mise très en avant aura vite fait de vous prendre la tête.
En 1988 un nouveau remix est réalisé, cette fois-ci en Italie. Heureusement, il est globalement plus réussi que le précédent, même s'il ne parvient pas à égaler la version originale ni à retransmettre cette atmosphère si particulière que Baciotti avait su créer. N'oublions pas que nous sommes dans les années 1980 et qu'au niveau musical, ce n'est ni la créativité ni la richesse des orchestrations qui prédominent... En un mot : c'est lisse et synthétique.

dimanche 17 juillet 2016

Disco Reggae Beat (12") + Disco Beat part II (12") - Sheila Hylton (1978)



Etendu(e) nu(e) sur le sable chaud face à l'eau transparente, il ne vous manque plus qu'une musique légère, estivale et entraînante dans les oreilles pour jouir d'un plaisir absolu. Réjouissez-vous : Sheila Hylton vous offre tout cela à la fois avec son "Disco Reggae Beat", d'ailleurs bien plus disco que reggae.
"Disco Reggae Beat", écrit par Sheila elle-même, sort en single en 1978. Sur la face B du disque, on trouve une version instrumentale baptisée "Disco Beat part II". Les arrangements et la production sont de Harry Johnson. 
En 1979, "Disco Reggae Beat" se retrouve gravé sur l'album de Sheila et fait la face B du single "Breakfast In Bed".


Argentina For Ever (12") - Pacific Blue (1978)



Le trio Michaele/Lana Sebastian/Paul Sebastian est à l'origine de ce superbe single. Rappelons que durant les années disco, ils travaillent avec Theo Vaness, Madleen Kane ou encore Dalida.
"Argentina For Ever" a été diffusé dans plusieurs pays : France, Italie, USA...

White Magic - G.G. Junior (1979)



G.G. Junior, de son vrai nom Gérard Gustin Junior, est le fils du musicien français Gérard Gustin.
En 1978, il a 20 ans et il rencontre un certain succès avec son single disco "Tu M'connais Pas" écrit par Michaele/Lana Sebastian/Paul Sebastian. Vocalement, c'est quasiment du Patrick Juvet, et c'est sans doute fait exprès.
1979 voit la sortie de son nouveau single "White Magic", avec toujours le trio Michaele/Lana Sebastian/Paul Sebastian aux commandes.

Don't Take Away Your Love - Hodges, James and Smith (1977)



Au milieu des 'Three Degrees', 'First Choice' et autres 'Supremes', il y avait 'Hodges, James and Smith', un trio féminin black qui a tenté de se faire une place au soleil des 70's.
En 1977, leur album "What's On Your Mind ?", co-écrit et produit par William Mickey Stevenson, a été diffusé dans plusieurs pays. Le titre ouvrant cet opus, ce "Don't Take Away Your Love", est un bon disco soutenu par une riche orchestration. Il est en version 7" sur le lp, mais il a eu droit à une 'extended version' uniquement exploitée en single 12". Certains pays ont également diffusé en single la version 7", comme en Allemagne où "Don't Take Away Your Love" est en face B du titre "Since I Fell For You".

Smile - Peabo Bryson (1978)



En 1975, tout laisse croire que Peabo Bryson va entamer une carrière disco. Il sort en effet cette année-là le single "Disco Queen", et pose sa voix sur deux titres pour le 'Michael Zager's Moon Band'. Mais dès la parution de son premier album en 1976, les choses changent : davantage de ballades soul, quasiment pas de disco. Et c'est sur cette voie que Peabo poursuit sa carrière. En 1978, il écrit entièrement et co-produit son opus "Crosswinds", sur lequel il réenregistre en version disco ce titre "Smile" qui était déjà présent sur son lp de 1976. La version de 1976 peut-être écoutée ci-dessous :


jeudi 7 juillet 2016

Just Us - Two Tons O' Fun (1980)



Martha Wash et Izora Rhodes font les choeurs durant la période disco pour Sylvester ou encore pour le projet 'Paradise Express'. En 1980, sous le nom de 'The Two Tons', elles enregistrent l'album "Backatcha", qui est produit par Harvey Fuqua, le producteur de Sylvester. Mais le succès n'est pas vraiment au rendez-vous. Heureusement, elles ont plus de chance avec un autre opus qu'elles gravent également en 1980 : toujours produit par Fuqua, il s'appelle simplement "Two Tons O' Fun" et contient plusieurs bons titres, à l'image de ce "Just Us" écrit par Robinson-Orsborn. 
Plusieurs morceaux sont extraits en singles, parmi lesquels "Just Us".
En 1982, les deux chanteuses changeront encore de nom : dénommées 'The Weather Girls', elles cartonneront avec le morceau "It's Raining Men".   
Ci-dessous, Martha et Izora accompagnent en live Sylvester sur son titre "Dance" : 



Tell Me (12") - Sylvester (1982)



Elevé au rang de diva disco, Sylvester a marqué la scène musicale grâce à son titre "You Make Me Feel" en 1978. Pourtant, quelques années auparavant, les choses n'avaient pas si bien commencé pour lui... 
En 1973, après s'être produit sur scène durant quelques temps, on lui offre l'opportunité d'enregistrer en studio. Il s'entoure alors d'un groupe, le 'Hot Band', en compagnie duquel il enregistre deux albums. Sur les pochettes de ces deux disques, Sylvester apparaît en travesti. Est-ce pour cette raison que le succès n'est pas au rendez-vous ? Quoi qu'il en soit, Sylvester ne baisse pas les bras pour autant : il forme un nouveau groupe avec les imposantes chanteuses Martha Wash et Izora Rhodes et se produit dans les clubs de San Francisco. C'est ainsi qu'il attire l'attention du producteur Harvey Fuqua, avec qui il signe pour un album. Cet opus, baptisé simplement "Sylvester", sort en 1977. Les chœurs sont réalisés par Martha Wash et Izora Rhodes. C'est le titre "Over And Over", une reprise de 'Ashford And Simpson', qui est extrait en single. Le succès est léger, mais Sylvester gagne en popularité.
Pour 1978, il co-écrit son album "Step II", sur lequel Patrick Cowley ajoute une touche électronique grâce à l'utilisation de synthétiseurs. Ce lp, à nouveau produit par Fuqua, propulse Sylvester au sommet grâce aux morceaux disco "Dance" et "You Make Me Feel" qui se classent tous les deux à la 1ere place du 'US Dance' chart. Sylvester profite de ce succès pour se travestir de nouveau : il apparaît vêtu telle une diva disco. Et il a enfin trouvé sa voie en ajoutant à la musique disco une touche de gospel, ce qui lui permet de se distinguer de tous les autres artistes.
1979 arrive, et Sylvester continue sur sa lancée : il publie l'album "Stars", complètement disco, mais qui toutefois se classe moins bien dans les charts que "Step II". 1979 est aussi l'année de l'enregistrement du double lp "Living Proof" : les trois premières faces sont enregistrées en 'live' lors d'un concert que donne Sylvester, tandis que la dernière face contient deux inédits enregistrés en studio : "Can't Stop Dancing" et "In My Fantasy", tous deux écrits par Sylvester. "Can't Stop Dancing" est diffusé en single et atteint la 2e place du 'US Dance' chart.
Toutefois, les choses se gâtent en 1980, lorsque sort l'opus "Sell My Soul". Le disco est sur la voie du déclin et Sylvester est largement associé à cette musique ainsi qu'à ses extravagances. Sur son album "Sell My Soul", le disco est toujours présent mais davantage teinté de soul. L'électronique, lui, a disparu, et le public ne semble pas approuver ce changement puisque le lp se classe très mal dans les charts. Pourtant, le morceau "I Need You", extrait en single, est assez bien réalisé, ce qui lui permet de se hisser à la 6e place du 'US Dance' chart. On notera toutefois que Sylvester n'a que très peu participé à l'écriture des morceaux présents sur "Sell My Soul". Autre point noir : Martha Wash et Izora Rhodes ont été évincées des choeurs.
Rien ne s'arrange en 1981 avec l'album "Too Hot To Sleep" qui est un nouvel échec. De plus, Sylvester se rend compte qu'il a été arnaqué par son producteur Harvey Fuqua. Il décide alors de reprendre sa carrière en main et se dirige vers le label ''Megatone Records' créé par Patrick Cowley. Le résultat est l'album "All I Need" qui sort en 1982. C'est un opus qui s'oriente vers la Hi NRG, genre musical électronique et up-tempo qui puise ses racines dans la musique disco. "All I Need" est majoritairement écrit et produit par James Wirrick. C'est globalement un bon album, mais il se classe à la 168e place au 'Billboard 200', ce qui est une catastrophe. Heureusement, le single principal du lp, "Do Ya Wanna Funk", rencontre le succès. Il se classe dans les charts de plusieurs pays et atteint la 4e place au 'US Dance' chart. "Do Ya Wanna Funk", titre ouvertement sexuel, est écrit par Patrick Cowley et Sylvester lui-même. Mais le succès ne s'arrête pas là, puisque le morceau "Don't Stop", extrait lui-aussi de "All I Need", est diffusé en single dans plusieurs pays et se classe 3e au 'US Dance' chart. Sur certains pressages est gravé en face B de "Don't Stop" le très réussi disco-funk "Tell Me".
Ci-dessous, Sylvester interprète "Don't Stop" :


Shot In The Night (12") - Paul Parker (1983)



Après un single en 1981 qui ne rencontre pas vraiment de succès, Paul Parker collabore avec Patrick Cowley l'année suivante pour le single "Right On Target" qui se classe à la 1ere place du Billboard Dance/Disco durant l'été 1982. Grâce à son look viril, Paul séduit le public gay.
En 1983, il grave l'album "Too Much To Dream", co-écrit et produit par Cowley. Le bon morceau "Shot In The Night", écrit par Parker lui-même, est extrait en single.

Just Ask Me - Bobby Thurston (1978)



"Sweetest Piece Of The Pie" est le premier album enregistré par l'américain Bobby Thurston. Willie Lester et Rodney Brown écrivent la majorité des titres, en arrangent quelques-uns, puis produisent le lp qui sort discrètement en 1978. Pour Bobby, le succès vient vraiment en 1980 avec les morceaux disco-funk "You Got What It Takes" et "Check Out The Groove". En 1981, il grave sur son album "The Main Attraction" le titre "Is Something Wrong With You", dont l'intro est pompée sur deux morceaux sortis en 1979 : "Ladies Night" de 'Kool And The Gang' et "You Can Do It" de 'Al Hudson And The Partners'.

http://www.mediafire.com/download/2qctqc0da2l606v/just_ask.mp3

mardi 21 juin 2016

Adriano - Katty Line (1980)



Née dans la banlieue parisienne le 13 mars 1947, Katty Line sort des disques en France dans la seconde moitié des années 1960. Par la suite, elle s'installe à Milan avec Ken Lean, son producteur, devenu aussi son mari. Elle signe chez 'Clan', label fondé par Adriano Celentano, et continue de graver des disques. Elle devient réellement une star en Italie.
Mais en 1971, elle est victime d'un grave accident de voiture. Ken Lean perd la vie. Katty reste hospitalisée durant de longs mois.
En 1980, après une absence de dix ans, elle enregistre "Adriano", son dernier single, en hommage à Adriano Celentano. "Adriano" est écrit par Phil Sun et arrangé par Massimo Salerno. C'est un bon titre chanté en anglais, mais l'accent franco-italien de Katty nous reste en travers de la gorge...