samedi 23 septembre 2017

Till You Surrender (vocal version + instrumental version) - Rainbow Brown (1981)



Co-écrit, arrangé et produit par Patrick Adams, le lp "Rainbow Brown" se trouve au croisement du disco et du funk. Les 'lead vocals' sont réalisés par Fonda Rae. Le morceau phare de l'opus est cet excellent "Till You Surrender", qui a droit à une diffusion en single. 


Stand (12") - Châtelaine (1980)



En 1977, la chanteuse canadienne Châtelaine grave deux singles disco arrangés et produits par Lee Gagnon : "Corps A Corps" et "I Wouldn't Give You Up". "Corps A Corps" est la reprise en français du "A Far L'amore Comincia Tu" de l'italienne Raffaella Carrà.
Châtelaine publie dans la foulée un album en 1978. Elle enregistre un autre album en 1980, co-écrit, co-arrangé et co-produit par le célèbre Patrick Adams.

Così Va Se Ti Va E Questo Finchè Mi Andrà - Anna Oxa (1978)



Le premier album de la chanteuse italienne Anna Oxa sort en 1978. Il se nomme "Oxanna", et la pochette nous présente une Anna Oxa ayant adopté le look glam-rock, voire punk. Le lp est produit par R. Bianchi et C. De Natale, et arrangé par Ruggero Cini. Parmi les titres qui le composent, il y a ce bon disco-rock "Cosi Va Se Ti Va E Questo Finchè Mi Andrà" écrit par I. Fossati.

Amica Notte - Loredana Bertè (1981)



L'italienne Loredana Bertè est la soeur de Mia Martini. Le public la découvre en 1974 avec son album "Streaking". Les photos incluses dans cet opus montrent Loredana nue. Après plusieurs autres albums, elle enregistre en 1981 "Made In Italy", co-écrit, co-arrangé et produit par Mario Lavezzi. "Made In Italy" oscille entre pop-rock et disco. Le titre "Amica Notte" est écrit par G. Bella et G.M. Gorietti, et a droit à une diffusion en single.

Libera - Mia Martini (1977)



Mia Martini est la soeur de Loredana Bertè. Elle grave quelques disques dans les années 1960 sous le nom de Mimi Bertè, puis elle devient Mia Martini au début des 70's. En 1977, elle représente l'Italie au Concours Eurovision de la chanson avec le titre disco "Libera", mais ce n'est pas une réussite : elle ne se classe que 13e sur les 18 participants. "Libera" est écrit par L. Albertelli et S. Fabrizio, et arrangé par M. Fabrizio. Le single, produit par Antonio Coggio, est diffusé dans plusieurs pays. 


Johnny - Patty Pravo (1978)



Au milieu des années 1960, l'italienne Patty Pravo commence à sortir des disques. Son titre "La Bambola", qu'elle enregistre en 1968, rencontre un grand succès en Italie, et le single est diffusé dans plusieurs pays. Dix ans plus tard, en 1978, Patty est toujours sur le devant de la scène. Elle grave le lp "Miss Italia", sur lequel elle s'affiche avec un look glam-rock/punk. Le morceau "Johnny" qui ouvre l'album est un mélange de disco, de pop-rock et d'électronique. Il est écrit par M. Monti, arrangé par Dino Kappa et produit par Giacomo Tosti. Patty l'interprète à la télévision, notamment dans la célèbre émission 'Stryx'.


Il Vento Caldo Dell'Estate - Alice (1980)



Dans la première moitié des 70's, l'italienne Alice sort quelques singles sous son vrai nom, à savoir Carla Bissi. Elle prend le pseudonyme d'Alice Visconti pour la parution de son premier album en 1975. Elle abandonnera toutefois assez vite le nom de Visconti pour ne conserver que le prénom Alice.
En 1980 paraît son album "Capo Nord" produit par Angelo Carrara. Alice écrit et co-écrit tous les morceaux du lp. Les arrangements sont de Franco Battiato et Giusto Pio, qui participent aussi à l'écriture de quelques titres. La chanson phare "Il Vento Caldo Dell'Estate" est diffusée en single. 

Melodia - Raffaella Carrà (1977)



Incontournable en Italie dans les 70's, Raffaella Carrà a chanté évidemment en italien, mais aussi beaucoup en espagnol. C'est en 1976 qu'elle enregistre sur son album "Forte Forte Forte" le titre disco "A Far L'amore Comincia Tu", qui devient un vrai succès et dépasse les frontières de l'Italie. L'année suivante, en 1977, elle publie l'opus "Fiesta", co-écrit et produit par Gianni Boncompagni. Le titre éponyme est diffusé en single dans plusieurs pays. Le morceau qui clôt le lp est ce disco "Melodia" écrit par Andrea Lo Vecchio et Shel Shapiro, et arrangé par Shapiro.

http://www.mediafire.com/file/6afl85pa2j8nv4d/10-melodia.mp3

Ain't No Doubt About It - Ritz (1979)



Dans le disco, on aime tout ce qui est chic et luxueux. Preuve en est donnée une nouvelle fois avec le groupe 'Ritz' et son lp "Puttin' On The Ritz" qui sort en 1979. La formation se compose de Tony Jackson, Ruby James et Kofi Missah. Ruby James est la soeur de la chanteuse Sylvia Mason-James, qui officie dans le groupe disco 'Voyage'.
L'album "Puttin' On The Ritz" est co-écrit et produit par Ken Gold. Il est diffusé dans plusieurs pays autour du globe. Deux titres sont extraits en singles : "Locomotion" et "Dance Until You Drop". "Locomotion" rencontre le succès : il s'agit de la reprise en disco du morceau "The Loco-Motion" interprété à l'origine en 1962 par Little Eva.
Le titre "Ain't No Doubt About It", écrit par S. MacKillop et M. Reilly, aurait lui aussi mérité une sortie en single. 



Para Ti / This Is Just For You (12") - Don Armando's 2nd Avenue Rhumba Band



En 1979, Andy Hernandez co-écrit, arrange et produit le lp "Don Armando's 2nd Avenue Rhumba Band". Le morceau "I'm An Indian Too" est diffusé en single dans plusieurs pays et rencontre un certain succès.
Don Armando Bonilla participe aux voix, joue des percussions et s'implique aussi dans l'écriture de l'album : il signe, entre autres, ce "Para Ti / This Is Just For You" avec Andy Hernandez.

dimanche 3 septembre 2017

Heads Or Tails - Hot R.S. (1980)



Bien souvent, on note dans les titres disco de 1980 une baisse de qualité par rapport à ceux de la fin des 70's. Le rock revient en force, et le disco ne sait plus vraiment où se mettre. Pourtant, ça et là, on trouve encore quelques morceaux disco de qualité. C'est le cas des titres gravés sur le LP "Heads Or Tails" du projet sud-africain 'Hot R.S.'. Cet opus reste dans la lignée des deux précédents déjà enregistrés par 'Hot R.S.' : il contient des reprises et des morceaux inédits, arrangés à la façon disco-rock-électronique, et nous plonge dans un univers précis. Toutefois, on sent qu'on change d'époque : les titres très longs occupant une face entière ne sont plus les bienvenus, et le sexe, qui était en quelque sorte la ligne conductrice sur les deux précédents albums, est ici mis de côté. A part ça, l'équipe reste la même : le LP "Heads Or Tails", qui a pour thème l'argent, est produit par Kevin Kruger et est arrangé par Kruger et Dan Hill. Le morceau "Heads Or Tails" est écrit par Kruger. Il se retrouve en face B du single "Doublecross", diffusé uniquement en Allemagne. Sur la pochette de ce single, on peut voir Dan Hill, avec son air légèrement pervers et sa chemise ouverte sur un gros pendentif... Derrière lui, il s'agit très certainement de Kevin Kruger. Quant à la jeune femme qui se trouve au premier plan, et que l'on retrouve aussi sur la pochette de l'album "Heads Or Tails", c'est très probablement Sue Kiel, ce superbe modèle qui avait déjà posé en 1977 pour 'Hot R.S.', sur l'une des pochettes de l'album "The House Of The Rising Sun".
Le LP "Heads Or Tails" est enregistré et mixé aux studios 'RPM' de Johannesburg, puis il est diffusé par le label 'RPM Records'. Mais il ne bénéficie pas d'une grande diffusion, contrairement aux deux opus précédents. Sa diffusion est-elle volontairement réduite au seul champ de l'Afrique du Sud, ou bien est-elle stoppée à cause de l'insuccès rencontré par l'album ? En tout cas, c'est l'heure pour 'Hot R.S.' de tirer sa révérence... Le projet reviendra bien des années plus tard, en 2003, pour un ultime album.  

In-A-Gadda-Da-Vida (act I) / The Garden Of Eden / In-A-Gadda-Da-Vida (act II) - Hot R.S. (1978)



Après l'excellent LP "The House Of The Rising Sun", le projet 'Hot R.S.' se devait de tenir son rang. Ce fut mission accomplie lors de la parution en 1978 de l'opus "Forbidden Fruit". Cet album, pour être le digne successeur de son prédécesseur, devait s'attacher à un thème précis, avec toujours ce côté sexuel pleinement assumé. Dan Hill et Kevin Kruger s'arrêtèrent donc sur le Jardin d'Eden et se mirent à explorer cet univers par le biais de titres et de sonorités évoquant le Jardin des Plaisirs. Comme pour le LP précédent, ils mêlèrent reprises et compositions inédites. Le résultat fut à la hauteur de toutes les espérances, notamment grâce au titre occupant l'entière face A du disque. Ce titre est en fait une sorte de medley qui revisite les célèbres morceaux "In-A-Gadda-Da-Vida" et "The Garden Of Eden", avec un final en apothéose sur la seconde partie de "In-A-Gadda-Da-Vida". Bien sûr, pour ne pas déroger à la règle, Hill et Kruger en font une version disco-rock-électronique, avec toujours ces sons d'orgue synthétique qui cette fois-ci nous éblouissent dans la lumière divine. Les chants louent la beauté des corps, la force des sentiments et des émotions. Musicalement, la version de "The Garden Of Eden" proposée par 'Hot R.S.' n'a plus rien à voir avec la version originale, et c'est tant mieux, car l'originale était plutôt mollassonne. Hill et Kruger nous offrent en prime un passage musical de toute beauté juste après la partie vocale de "The Garden Of Eden".
La face B de l'album s'ouvre sur la reprise du morceau "Temptation", toujours dans un mélange disco-rock-électronique du plus bel effet. Enfin, les titres "Adam's Apple" et "Snake Dance" sont des originaux signés de la main de Kevin Kruger, et arrangés comme il se doit par Kruger et Hill.
Tous ces morceaux sont enregistrés et mixés au studio 'RPM' de Johannesburg, studio co-fondé par Dan Hill. Le LP est produit par Kevin Kruger et diffusé en Afrique du Sud par le label 'RPM Records'. D'autres labels diffusent l'opus dans divers pays autour du globe. Cette fois-ci, une seule pochette est disponible, celle présentant par un habile montage le couple formé par Adam et Eve dans une pomme. Ils sont nus, évidemment, et chacun a le regard fixé sur le sexe de l'autre... On notera toutefois une pochette différente et plus sage sur le pressage néerlandais.

Slow Blow (12") - Hot R.S. (1977)



En 1977, les musiciens sud-africains Kevin Kruger et Dan Hill unissent leurs talents et forment le projet disco 'Hot R.S.'. Ils travaillent à la réalisation d'un premier album. Pour situer le contexte dans lequel cet album voit le jour, remémorons-nous les grandes lignes : 1977, c'est l'année où la musique synthétique déferle. Mais c'est aussi l'année durant laquelle plusieurs groupes disco remettent au goût du jour le traditionnel morceau "The House Of The Rising Sun". Quant aux années 1975 et 1976, elles ont été riches en titres porno-disco, signe d'une révolution sexuelle évidente. Dan Hill n'est pas insensible à l'érotisme féminin, comme en témoignent depuis les années 1960 les pochettes osées de ses albums "Sounds Electronic". N'oublions pas enfin que Hill et Kruger vivent en Afrique du Sud, et qu'il sont très certainement imprégnés de l'atmosphère qui y règne, entre la ville de Johannesburg, les grands espaces naturels et les océans qui entourent le pays... 
C'est dans cette ambiance que naît le premier LP de 'Hot R.S.'. La face A est entièrement dédiée à la reprise du titre "The House Of The Rising Sun", dans une version disco-rock-électronique arrangée par Hill et Kruger. Dès l'introduction, on est plongé dans un univers très marqué, avec ce vent soufflant dans nos oreilles et ces sons d'orgue synthétique hurlant dans le silence inquiétant. La 'maison du soleil levant' s'éveille et prend vie... Nous sommes à la croisée des chemins, entre Johannesburg et la Nouvelle-Orléans, dans un quartier de style colonial, près de la mer qui s'étend à perte de vue, dans la chaleur de l'été...et cette maison malfamée, maison de la tentation et des plaisirs malsains, accueille en son sein toutes les âmes perdues et égarées. La voix masculine est grave, profonde et rocailleuse, tandis que la voix féminine est claire, cristalline, pure.
La version faite par Hill et Kruger est construite à la manière du "Love To Love You Baby" de Donna Summer : plaisir montant crescendo, orgasmes et gémissements, tension maximale, puis jouissance explosive dans une débauche de sons synthétiques, presque inquiétants, qui retranscrivent parfaitement les sensations que l'on ressent lors d'un orgasme final...    
En face B du disque, on découvre tout d'abord "Slow Blow", un titre inédit écrit par Kevin Kruger, et arrangé par Kruger et Hill. C'est un disco mid-tempo, assez rock, avec quelques touches d'électronique. Cette fois-ci, le plaisir se conjugue au masculin. On entend les soupirs d'un homme qui commande et dirige. Il ordonne de sa voix grave : "take it slow". On l'imagine dans la 'maison du soleil levant', étendu sur un lit, une femme à ses ordres, le masturbant et lui faisant une fellation.
Enfin, le LP se termine sur la reprise disco du titre "Delta Queen", arrangée là encore par Hill et Kruger. L'ambiance est la même que celle présente dans "The House Of The Rising Sun". D'ailleurs, "Delta Queen" et "The House Of The Rising Sun" s'accordent bien, puisque ces deux morceaux parlent de la Nouvelle-Orléans. On tient donc là un album homogène et très bien ficelé, dont le thème et sa retranscription musicale ont été soigneusement travaillés, afin d'évoquer immédiatement en nous des images, une atmosphère, et provoquer des sensations.
Le nom 'Hot R.S.', astucieusement choisi, est fabriqué à partir des initiales de "House Of The Rising Sun". On voit que jusque dans le nom du projet, rien n'est laissé au hasard, puisque 'Hot R.S.' évoque la 'maison du soleil levant', mais aussi l'érotisme 'hot' présent dans chaque titre.
L'album est enfin prêt. Il est produit par Kevin Kruger et diffusé en Afrique du Sud par la label 'RPM Records', label co-fondé par Dan Hill. Mais sa diffusion ne s'arrête pas aux frontières de l'Afrique du Sud : ainsi, diffusé par différents labels, l'opus s'exporte dans plusieurs pays : France, Brésil, Suède, Italie... On apprend au dos de la pochette que les claviers qui ont été utilisés sont les suivants : 'Korg Polyphonic Ensemble' et 'Korg 8000 Synthesizer'. Enfin, trois pochettes différentes sont disponibles selon les pays, et toutes trois retransmettent à leur manière l'ambiance de l'album. La première présente le buste d'une femme brune (Sue Kiel) au milieu de la nuit, la seconde montre une personne sur le balcon de ce qui semble être la 'maison du soleil levant', et enfin, la troisième propose une femme-poisson ou femme-sirène entièrement nue, recouverte de la tête aux pieds d'un étonnant mais magnifique maquillage. Elle est étendue -ou échouée - sur une plage déserte devant la mer, tenant une pomme dans sa main, et le nom de 'Hot R.S.' se découpe dans le ciel à la manière des rayons du soleil...  
Le titre "The House Of The Rising Sun" est diffusé en single, avec en face B "Slow Blow".

Rasputin - Dan Hill (1978?)



Le musicien et clarinettiste Dan Hill est d'ascendance russe. Il est établi en Afrique du Sud. En 1958, il publie l'album "Happy Days Are Here Again". Puis, dans les années 1960, il commence à sortir des albums de reprises baptisés "Sounds Electronic", aux pochettes toutes plus érotiques les unes que les autres. En 1967, il co-fonde le label 'RPM Records'. L'une de ses plus grandes réussites est sans nul doute son implication dans le projet disco 'Hot R.S.', entre 1977 et 1980. Durant les années disco, il continue de graver des albums de reprises, baptisés "Hits Electronic". Ces albums ne rencontrent évidemment pas autant de succès que 'Hot R.S.', et ils sont devenus très rares aujourd'hui. Il faut dire que si 'Hot R.S.' est la crème de la crème, ce n'est pas exactement la même chose en ce qui concerne les albums de reprises baptisés "Hits Electronic". Il suffit par exemple d'écouter cette version de "Rasputin" pour s'en rendre compte, et pour dans le même temps admettre que la version originale de 'Boney M.' est inégalable.
L'album sur lequel se trouve cette reprise de "Rasputin" est devenu introuvable de nos jours : par conséquent je sais pas en quelle année Dan Hill l'a enregistré, et je ne connais pas non plus le visuel de la pochette. Toutefois je pense que cette version de "Rasputin" a été réalisée entre 1978 et 1979. Je mets en illustration la pochette d'un album qui date de la même époque, à la vue des titres qui le composent...
Dans la vidéo ci-dessous, Dan Hill est interviewé, puis il joue de la musique jazz avec d'autres musiciens :


Love Me - Disco Rock Machine (1979)



Originaire d'Afrique du Sud, le musicien Trevor Rabin publie des albums en solo à partir de 1978. Mais on le retrouve aussi cette année-là derrière le projet 'Disco Rock Machine' pour le LP "Time To Love" qui rencontre un certain succès. Inspiré par 'Hot R.S.', l'album mêle reprises et compositions originales signées de la main de Trevor Rabin. C'est également lui qui arrange et produit l'opus. L'enregistrement se fait aux 'RPM Studios' de Johannesburg, et le label qui diffuse le LP en Afrique du Sud est 'RPM Records'. D'autres labels se chargent de diffuser l'album dans divers pays autour du globe. Au Brésil, on va jusqu'à renommer le projet qui s'appelle désormais 'Rock Machine Group' : est-ce volontaire, ou bien est-ce une erreur ? Les titres "Living For The City" et "You Really Got Me" sont diffusés en singles.
Le projet est de retour en 1979 avec le LP "Disco Rock Machine 2", qui rencontre moins de succès que son prédécesseur. Là encore, on a droit à des reprises ainsi qu'à des titres originaux écrits par Rabin. C'est également lui qui arrange et produit le disque. L'enregistrement se fait toujours aux studios 'RPM', et pour l'Afrique du Sud, c'est de nouveau le label 'RPM Records' qui se charge de la diffusion du LP. Le titre "Love Me", écrit par Trevor Rabin, est diffusé en single en Italie.

The Machine (12") - The Tee Cee's (1978)



Le musicien sud-africain Trevor Rabin écrit, arrange et produit le LP "Disco Love Bite" pour le projet 'The Tee Cee's'. L'opus est diffusé dans plusieurs pays autour du globe, et le morceau érotique "Disco Love Bite" est extrait en single.
Rabin voue une passion à la guitare électrique, et on le sent bien dans "The Machine".

Lovelife - Trevor Rabin (1977)



Trevor Rabin est né en Afrique du Sud. Il apprend le piano durant sa jeunesse, et se prend de passion pour la guitare électrique. Il fait partie dans les 70's du groupe 'Rabbitt'. Au sein de cette formation, il est très actif : il écrit, arrange, produit, joue de plusieurs instruments et participe aux voix. En 1977, il débute sa carrière en solo : il écrit, arrange et produit le single "Fantasy" et sa face B "Lovelife". Le single est diffusé par le label 'RPM Records' en Afrique du Sud. "Fantasy" atteint la 12e place dans les charts sud-africains.
L'année suivante, en 1978, Trevor publie son premier album solo. Cet opus est baptisé "Beginnings" pour le marché sud-africain. Il est écrit, arrangé et produit par Trevor, qui joue aussi de la guitare, de la basse et des claviers. On apprend dans les crédits que Kevin Kruger, du groupe 'Hot R.S.', joue de la batterie et des percussions. L'album est enregistré aux studios RPM de Johannesburg, et diffusé en Afrique du Sud par 'RPM Records'. Pour le marché sud-africain, la pochette du LP et son contenu sont spécifiques : en effet, certains titres sont remplacés par d'autres pour le marché international. Toutefois, le morceau disco-rock "Lovelife" est présent sur les deux versions du LP. Il fait également la face B du single "Getting To Know You Better".

Within These Words - Rabbitt (1978)



Nous sommes en 1975 en Afrique du Sud. Le groupe de rock 'Rabbitt' se compose de Trevor Rabin, Duncan Faure, Neil Cloud et Ronnie Robot. Ils publient leur premier album, "Boys Will Be Boys !", qui rencontre le succès et dépasse les frontières de l'Afrique du Sud, puisqu'il est diffusé dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni et même le Japon... En 1977, la formation grave le LP "A Croak And A Grunt In The Night", qui est à son tour auréolé de succès et diffusé au-delà des frontières de l'Afrique du Sud. Cet album contient de beaux titres, comme "I Sleep Alone", "Everybody's Cheating", "Dingleys Bookshop" ou encore "Pollyman". Sur l'album de 1975 tout comme sur celui de 1977, Trevor Rabin occupe une place importante : il écrit et co-écrit beaucoup de morceaux, arrange et co-produit les LP. Mais il participe aussi aux voix et joue de plusieurs instruments, parmi lesquels la guitare et le piano.
A l'époque de la sortie de l'opus "A Croak And A Grunt In The Night", le groupe part en tournée en Afrique du Sud. Des tournées sont annoncées pour les USA et le Royaume-Uni mais le projet n'aboutit pas. Finalement, Trevor Rabin quitte le groupe et entame une carrière en solo. 'Rabbitt' devient un trio le temps d'un ultime album, "Rock Rabbitt', qui sort en 1978. C'est globalement un bon opus, avec des titres vraiment bons comme "I've Been Aware", "Hello And Welcome Home" et "Goodbye And So-Long". Tous les morceaux sont écrits par Duncan Faure. Le groupe co-arrange et co-produit le LP avec Julian Laxton.


http://www.mediafire.com/file/74y0ma4dh6r66e6/04-within_these_words.mp3

Personality - Paul Madison (1979)



Le single "Personality" de Paul Madison est arrangé et produit par Kevin Kruger, qui rencontre le succès à la même époque avec le projet 'Hot R.S.'. "Personality" est une reprise, et Kruger en fait une version disco qui louche vers le son des 'Village People', mais qui annonce aussi le son de l'album de 'Hot R.S.' qui sortira en 1980. 

Love Stealer - Cindy Dickinson (1982)



Kevin Kruger produit en 1982 le bon single disco-rock "Love Stealer" de la chanteuse Cindy Dickinson. Le disque est diffusé par 'RPM Records', label sud-africain co-fondé par Dan Hill. A la fin des 70's, Hill et Kruger ont travaillé ensemble pour le projet 'Hot R.S.'.

When They Pull The Strings - Romeo (1979)



Le chanteur Romeo publie en 1979 un album arrangé et produit par Kevin Kruger. Le morceau phare est ce "When They Pull The Strings", qui est diffusé en single.

vendredi 4 août 2017

Quiero, Te Quiero (12") - Flamenco Group (1978)



En 1977 déferlent plusieurs reprises du célèbre morceau "The House Of The Rising Sun". Les groupes 'Santa Esmeralda' et 'Revelacion' en font des versions disco-latino de grande qualité. Un peu plus tard, en 1978, le projet 'Flamenco Group' publie un album disco-latino nommé "The House Of The Rising Sun", co-écrit et produit par Rivers/M. Smith, et arrangé par E. Silver. Tous les trois sont aussi derrière le lp "Disco Blood" de 'The Vamps'. Les 6 titres de l'opus "The House Of The Rising Sun", assez réussis, restent tous dans le même esprit : ils se basent sur le traditionnel "The House Of The Rising Sun" et sont largement influencés par la version de 'Santa Esmeralda'. Le morceau qui clôt le lp, ce "Quiero, Te Quiero", ajoute une touche érotique à l'ensemble.

http://www.mediafire.com/file/6p28x5o3e2qfnxd/B3_-_Quiero%2C_Te_Quiero.mp3

The Lion - Brass and Congas (1979)



Le LP "Brass And Congas" qui paraît en 1979 est un album obscur, oublié aujourd'hui. Mais quand on se penche sur les crédits, on découvre qu'un certain Sylvain Claude, aussi appelé 'Alfie', a co-écrit plusieurs titres, a joué de la guitare et a réalisé les 'lead vocals'. Ce Sylvain Claude faisait aussi partie dans les 70's du groupe 'Kongas', dans lequel officiaient, entre autres, Cerrone et Don Ray. Tout se rejoint : sur la pochette de l'opus "Brass And Congas", on retrouve un alligator, qui est aussi le symbole du groupe 'Kongas'. Et puis, il y a également cette femme nue : dès lors, comment ne pas penser aux mannequins nus des albums de Cerrone, ainsi qu'à son label 'Malligator' ?
L'album "Brass And Congas" est en grande partie co-écrit par B. Skolding et est arrangé par T. Durbet, qui est également l'arrangeur de l'excellent LP disco "Les Models", paru aussi en 1979.

Come To L.A. (12") - Caviar (1979)



Leo Leandros, le père de Vicky Leandros, co-écrit et produit en 1979 le lp "Come To L.A." du projet 'Caviar'. Manfred Hübler participe aussi à l'écriture des titres et signe les arrangements. C'est le morceau phare "Come To L.A." qui est diffusé en single dans plusieurs pays. 

San Francisco Nights - Lucky Star (1978)



L'allemand Gerhard Kämpfe produit en 1978 l'album disco "Who's Foolin' Who" pour le groupe 'Lucky Star'. Deux morceaux sont extraits en singles, le titre éponyme au LP et "You Are My Lucky Star". Quant à ce très bon "San Francisco Nights" qui clôt l'opus, il n'a droit qu'à une sortie en 1979, mais en face B du nouveau single du groupe, "Manitou".
"San Francisco Nights" est écrit par Petrik/Glück et arrangé par Jobski.

Sindbad - Cosmic Gal (1979)



Avec un son dans la pure tradition du disco 'made in Germany', le lp "Keep On Moving" du groupe 'Cosmic Gal' ne peut que plaire aux amateurs du genre. Il reprend en disco et en anglais plusieurs succès japonais, parmi lesquels ce "Sindbad". A l'origine, ce titre qui date de 1977 se nomme "Nagisa No Sindbad" et est interprété par le duo 'Pink Lady'. Il se classe à la 1ere place dans les charts japonais, et le single s'écoule à 1 450 000 exemplaires. La version de 'Cosmic Gal' bénéficie au Japon d'une sortie discrète en single.
Notez que sur l'album "Keep On Moving" co-produit par Bernt Möhrle, on retrouve également des titres du groupe 'Shampoo' co-écrits par ce même Möhrle, ce qui laisse à penser que 'Shampoo' et 'Cosmic Gal' sont la même entité.

Downtown Lights - Scool (1980)



Le single "Roll Baby Roll" du projet 'Scool' et sa face B "Downtown Lights" sont écrits par Michael Cretu et Michael Th. Omilian. Les arrangements sont de Cretu et la production de Omilian. 
"Downtown Lights" rappelle les morceaux disco du groupe 'Arabesque', groupe dans lequel évolue la chanteuse Sandra Lauer, qui sera produite à partir du milieu des années 1980 par...Michael Cretu.  

Sheriff's Son - Lynda Virtu (1979)



Un morceau assez sympa, enregistré par la chanteuse éphémère Lynda Virtu et sorti en single en 1979 en Allemagne. Ecrit par D. Bugatti/F. Musker et produit par Phil Wainman.

Free Again - Mandy (1979)



C'est en 1979 que ce single a été diffusé en Allemagne. Electronique, sombre, planant : voilà comment on peut le qualifier. Il s'agit en fait de la reprise d'un morceau écrit dans les années 1960 par A. Canfora/J. Baseli/R. Colby. Aux arrangements et à la production est crédité Michael Cretu, qui se rendra célèbre dans les 80's en travaillant pour la chanteuse Sandra.

http://www.mediafire.com/file/zdd8xh1v278swyc/Mandy_-_Free_Again.mp3

Baby I'm Right - Young Love (1979)



Le single "Baby I'm Right" du groupe 'Young Love' est écrit par Clive et Colin Smith. Michael Cretu signe les arrangements et co-produit le morceau avec Michael Th. Omilian.

jeudi 20 juillet 2017

Steel Funk (vocal version + instrumental version (12")) - John Gibbs and The U.S. Steel Orchestra (1976/1977)



Ce morceau "Steel Funk", qui sort en single en 1976, est un petit joyau disco-soul aux accents tropicaux. Il est écrit par John Gibbs, arrangé par Lou De Lise et produit par Gibbs/De Lise. La face B du disque contient la version instrumentale. L'année suivante, en 1977, "Steel Funk" se retrouve inclus à l'album de John Gibbs auquel il donne son nom. Sur cet opus, ce n'est plus 'The U.S. Steel Orchestra' qui est mentionné, mais 'The Unlimited Sound Of Steel Orchestra'. Pour clôturer l'album, on a droit à une version longue et instrumentale de "Steel Funk". 


Calypso Disco (12") - Beckett (1977)



L'artiste caribéen Beckett écrit et enregistre en 1977 l'album "Disco Calypso". Cet opus est produit par Buddy Scott et arrangé par Frankie McIntosh. Il est diffusé dans plusieurs pays par le label 'Casablanca Records'. Deux titres sont extraits en singles : "Coming High" et ce "Calypso Disco". Sur l'album, on découvre aussi le morceau "Legalize The Grass", qui est une chanson engagée en faveur de la légalisation des herbes à fumer...
Pour l'histoire, "Calypso Disco" a été utilisé pour le film à suspense "The Deep", sorti en 1977. Le thème de ce film, baptisé "Down, Deep Inside", a été écrit par John Barry et interprété par la diva disco Donna Summer. Un album contenant la bande originale du long-métrage est même paru dans le commerce, incluant "Calypso Disco". 


Past Time Paradise - Charlie's Roots (1977)



Ce superbe titre est écrit et interprété en 1976 par Stevie Wonder. L'année suivante, il est réarrangé par Pelham Goddard qui en fait une version disco-soul instrumentale.

Maladie D'amour - Elisabeth Jérôme (1976)



La chanteuse Elisabeth Jérôme reprend en 1976 "Maladie D'amour", une chanson des Antilles interprétée à l'origine par Léona Gabriel en 1931, mais popularisée en 1948 par Henri Salvador. 

Three Way Situation - Nadie La Fond (1977)



Ecrit et co-produit par Richard Mayers, ce single est sorti en 1977.

Soca Fever - Lord Shorty (1978)



Lord Shorty nous vient de Trinité et Tobago. C'est sur son album "Soca Explosion" de 1978 qu'il enregistre ce "Soca Fever".

Sweet Soca Song - Robin Imamshah and Trinidad (1977)



Robin Imamshah écrit ce titre qui sort en single en 1977, diffusé par le label 'Kalinda'.

Pan At It's Best (12") - Poser (1981)



Derrière 'Poser', on retrouve Sylvester Lockhart. Il enregistre en 1981 le lp "Town Man" sur lequel est gravé ce "Pan At It's Best". 

Disco Soca - Joe (Tempo) Ceasar (1977)



En 1977, Joe Ceasar enregistre le single "Play On Soca Music", avec en face B ce "Disco Soca". Les arrangements sont de Pelham Goddard.
Il y a sûrement eu une erreur dans l'écriture du nom Ceasar, car dès l'année suivante, l'orthographe sera rectifiée en Caesar.

http://www.mediafire.com/file/uba0x7g3jo3sk36/Disco_Soca_-_Joe_Tempo_Ceasar.mp3

Hold I Say (12") - Calypso Rose (1979)



La chanteuse Calypso Rose est originaire de Tobago. En 1979, elle enregistre et produit ce single "Hold I Say". Les arrangements sont de Pelham Goddard.